Economie

« Le rôle de l’Aganor n’est pas de sanctionner, mais d’emmener à se conformer à la norme », Nestor Mintsa

Libreville, Samedi 7 décembre 2019 (Infos Gabon) – A l’occasion de la deuxième édition de la journée de l’Agence gabonaise de normalisation (Aganor), organisée dans un hôtel de la place, le directeur de la normalisation, M. Nestor Mintsa, est revenu sur les objectifs et le rôle de cette entité.

Infos Gabon : Quels sont les objectifs de la deuxième journée de l’agence gabonaise de normalisation (Aganor)?

Nestor Mintsa : Nous sommes réunis ce jour pour manifester notre évènement. Cette rencontre a pour but de vulgariser notre administration, faire connaître ses missions au public, ses métiers en vue d’améliorer le bien-être des citoyens. C’est aussi dans l’optique de communiquer autour d’une thématique bien connue, qui est “la qualité”. C’est un outil principal, voire essentiel qui va permettre à notre pays de mieux aborder le virage de la zone de libre-échange continentale. Laquelle sera favorisée par l’ouverture des barrières tarifaires.

Infos Gabon : L’une des thématiques abordées ce jour porte sur le système de normalisation. Que pouvez-vous nous dire en quelques mots sur ce sujet ?

Nestor Mintsa : Pour comprendre de quoi il s’agit, il faut se référer aux principales missions de l’Aganor. Ces missions sont entre autres l’élaboration des normes, c’est-à-dire mettre en place des solutions que l’on apporte face à une situation. Mieux encore dans un domaine d’activité donné. Cette solution va permettre d’apporter de bonnes pratiques dans le cadre par exemple de la santé, l’agriculture, ou l’alimentation. 

L’autre pan de notre activité porte sur l’évaluation de la conformité. A ce titre, nous avons mis en place un programme qui consiste à faire en sorte que, chaque fournisseur doit nous apporter une preuve de la bonne qualité de son produit importé. 

Parler du système de normalisation, revient simplement à parler de la norme. Sans elle, nous allons subir les situations que nous connaissons. Cette dernière permet d’aller vers la solution et le confort. Je saisis cette opportunité pour attirer l’attention des  décideurs, sur le bien-fondé de celle-ci.

Infos Gabon : Il y a eu un scandale au sein des structures hôtelières et grandes surfaces en matière de conservation des aliments. Vos missions ne sont-t-elles pas semblables à celles de l’Agasa ?

Nestor Mintsa : Vous me donnez l’occasion de préciser que d’une certaine manière, l’Aganor est un organisme de normalisation. Cette journée permet également de dire qui fait quoi ? A quel moment ? Et de quelle manière ? L’infrastructure qualité fait appel à trois pans importants qu’il faut savoir. L’un d’eux porte sur l’élaboration des normes. L’Aganor le fait pour le compte du Gabon, comme c’est le cas dans d’autres pays. Lorsque ces normes sont élaborées, elles sont d’application volontaires.

L’État peut estimer que pour des raisons de santé, de sécurité et d’autres, rendre ces normes obligatoires et fait d’elles une réglementation technique. C’est dans ce cadre que l’Aganor s’approprie cette dernière, pour en faire une règle avec le risque que les opérateurs indélicats seront censurés. 

La situation que vous évoquez nous interpelle tous, au plus haut point notamment sur le respect des normes en matière d’hygiène des hôtels et de la restauration. Il y a une norme qui existe, sauf qu’elle n’est pas d’application obligatoire. Le rôle de l’Aganor n’est pas de les sanctionner, mais de les emmener à se conformer à la norme.

Infos Gabon : Quelles sont les innovations intervenues ces dernières années ?

Nestor Mintsa : Les innovations sont rattachées aux grands rendez-vous, qui touchent notre pays. Le modèle de développement choisi aujourd’hui par le Gabon est celui du développement durable. Il s’agit de mieux utiliser les ressources, par une meilleure protection de l’environnement. Les grands rendez-vous portent sur le climat, le Gabon a mis en place un plan climat. Il est question pour l’Aganor d’accompagner, par une norme ce plan climat.  De répondre également à la zone de libre-échange continentale. 

Je pense que tous les pays répondent à ces rendez-vous, en mettant en place des normes nécessaires qui sont aussi des moyens de protections et d’ouvertures. Il n’est plus question de mettre des taxes douanières, mais de s’appuyer sur des normes en vue de faciliter les échanges.

Nous voulons aussi sensibiliser les consommateurs, sur la nécessité de toujours regarder les étiquettes afin de vérifier les dates de péremption. Il y a une norme là-dessus, qui voudrait que les informations contenues sur le produit soient mises en français. L’opérateur économique peut se voir sanctionner par le retrait de sa marchandise, en cas de violation de cette disposition. L’ensemble de ces rendez-vous vont faire l’objet d’un plan de développement, sur lequel va travailler l’Aganor.

Infos Gabon : Plusieurs années après la création de l’Aganor, pensez-vous qu’elle est connue du public ?

Nestor Mintsa : Je crois que si vous êtes là, c’est justement pour contribuer à cet effort de vulgarisation de notre entité. Mais surtout, pour des préoccupations quotidiennes que nous vivons.

FIN/INFOSGABON/LK/2019

Copyright Infos Gabon

Lire aussi Stabilisation en Centrafrique : Le contingent gabonais récompensé

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *