Economie

Palmeraie de Mandji : Les premières récoltes annoncées en juillet

Libreville, Mardi 17 Janvier 2017 (Infos Gabon) – La société Olam Gabon a réussi à domestiquer la localité aride de Mandji en y implantant une plantation de palmier à huile de 9 000 hectares.

Il y a quelques années, la localité de Mandji, chef-lieu du département de Ndoulou, dans la province de la Ngounié, ne figurait pas dans la carte agricole du Gabon à cause de sa terre très aride. Avec l’expérimentation de ses nouvelles techniques agricoles, le géant de l’agro-alimentaire Olam Gabon a réussi à domestiquer ce sol en y implantant 9 000 hectares de palmeraie.

Lancée en 2014, cette vaste plantation devra produire dès juillet prochain ses premiers régimes. Les journalistes qui font partie du voyage de presse initié par le géant singapourien ont également appris lundi de ses responsables que la production issue de cette palmeraie sera destinée à l’usine de Mouila pour la transformation des noix en huile de palme et en huile d’amende.

Un véritable motif de fierté pour Dieudonné Minlama Mintogho, consultant dans cet important projet. «Au moment où l’on dénombrait les terres arables au Gabon, cette zone n’était pas comprise. Or, la spécificité de la présente plantation est qu’elle est établie sur une superficie qui n’était exploitable ni par les populations locales, et encore moins par aucun opérateur agro-industriel. C’est donc une véritable prouesse réalisée par Olam, que de planter dans cette zone autrefois parsemée de cailloux et autres rochers», s’en est-il réjoui.

Et l’entreprise n’entend pas s’arrêter en si bon chemin. Dans ses prévisions, Olam Gabon ambitionne de poursuivre l’extension de cette plantation. «Il ne reste environ que 950 hectares à cultiver. Nous allons faire cela d’ici la fin du mois prochain», a déclaré Michel Ekongo, directeur de la plantation.

Dans son volet social, Olam Gabon a aussi mis en place l’éclairage public, creusé des puits et réhabilité des écoles et des dispensaires au profit des riverains. L’entreprise accorde une priorité à la main d’œuvre locale. Mais, face au manque d’engouement de nombre de jeunes de Mandji et des objectifs à atteindre, elle se trouve parfois contrainte d’engager des jeunes venus d’autres localités.

«Les populations locales ont la priorité en matière d’emplois. Au bout de quelques mois, voire quelques jours, certains travailleurs s’en vont face à la difficulté de la tâche. Compte tenu de nos besoins, nous avons cependant sollicité des ressortissants d’autres provinces pour renforcer nos effectifs», conclut Michel Ekongo.

FIN/INFOSGABON/SM/2017

Copyright Infos Gabon

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *