Politique

Pierre Moussa situe le cadre du sommet de la CEMAC

Libreville, Vendredi 8 Mai 2015 (Infos Gabon) – Devant les chefs d’Etat de la Guinée équatoriale, du Tchad , du Congo Brazzaville, du Gabon, et en présence du président du Conseil Economique et Social du Cameroun et du Premier ministre centrafricain, réunis à Libreville, mercredi 6 mai, dans le cadre de la 12ème session ordinaire de la conférence des chefs d’Etat de la Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale (CEMAC), Mr Pierre Moussa, le président de la commission de la Cemac, a prononcé une allocution de circonstance qui situait les enjeux du sommet de la Cemac.

Dans son allocution à l’ouverture du sommet de la CEMAC tenu mercredi 6 mai à Libreville, Pierre Moussa a situé la tenue du sommet dans un contexte de crise en Centrafrique et de la menace terroriste de Boko Haram, de chute des cours du baril de pétrole, qui exerce des pressions négatives sur les budgets et les programmes d’investissement des pays de la Cemac. En outre, a-t-il poursuivi, le contexte est celui de l’année 2015 au cours de laquelle sera fait le bilan des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) qui, ‘’ pour la sous région…ne seront probablement pas atteints, malgré quelques réussites partielles ici et là’’.

Pierre Moussa à l'ouverture du sommet de la CEMACDes risques de crise existent donc qui lui font dire qu’il n’y a « pas d’alternative crédible à l’intégration », à la création d’un espace commun fort, territorialement désenclavé et interconnecté, et économiquement unifié, tel qu’entrevu il y a vingt ans environ, par les chefs d’Etats.

Selon M. Moussa, cette œuvre de construction a enregistré plusieurs réalisations, dont l’intégration monétaire, la zone de libre échange, l’union douanière, les politiques communes dans les secteurs de l’agriculture, le transport, la santé, ainsi que le Programme Economique Régional (PER), etc. En revanche, a-t-il indiqué, il reste énormément à faire pour une union économique achevée et forte. En ce sens il faudrait d’après lui, renforcer l’union douanière, mettre en route de façon consensuelle la libre circulation des personnes, la poursuite des politiques sectorielles, la convergence des économies nationales, et la réalisation d’intégration financière.

FIN/INFOSGABON/PM/2015

Copyright Infos Gabon

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *