International

Procès Simone Gbagbo : Boycott des ONG de la Côte d’Ivoire !

Libreville, Mardi 31 Mai 2016 (Infos Gabon) – Le procès de l’ancienne première Dame de la Côte d’Ivoire, Simone Gbagbo, a démarré ce mardi à Abidjan. Déjà la tension monte. Et pour cause, des organisations non gouvernementales (ONG) de la Côte d’Ivoire ont pris la décision de ne pas assister au procès.

Simone Gbagbo est l’épouse de l’ancien président de la Côte d’Ivoire. Elle est syndicaliste et femme politique ivoirienne. Députée dans les années 1999 et 2000, elle est la première dame de la Côte d’Ivoire de 2000 à 2010 en tant qu’épouse de Laurent Gbagbo, président de la République d’alors. C’est une première dame du pays à partir du 26 Octobre 2000. Durant cette période, son époux était le président de la Côte d’Ivoire. Elle s’est retrouvée souvent au cœur des grandes décisions politiques de son pays.

Madame Gbagbo est au jour de son procès, nous dit-on. La tension était vive, à la veille de ce procès, tant attendu à Abidjan. Des organisations non gouvernementales ruminent leur colère noire ; elles optent pour le boycott du procès.

Pour le président d’honneur de la FIDH, « la négation de nos droits de parties civiles a privé nos organisations de la possibilité d’informer de manière éclairée les victimes que nous accompagnons, et que nos avocats auraient été amenés à représenter lors de ce procès ».

Selon ces explications, celles-ci ont été privées d’exercer tous les droits liés à leur statut de victimes participant pleinement à la procédure judiciaire.

« A l’issue de ce procès, et quel qu’en soit le verdict, les victimes continueront d’attendre la tenue des véritables procès de la crise post-électorale », a soutenu pour sa part, Pierre Adjoumani Kouamé, président de la LIDHO. Il exige des réponses crédibles et claires. « Il nous faut apporter des réponses, elles se posent depuis 5 ans », a-t-il laissé entendre.

Pour rappel, l’épouse de Laurent Gbagbo est emprisonnée à 20 ans de prison ferme. Elle revient à la barre aujourd’hui, pour crime contre l’humanité pendant la période de crise post-electorale de 2010-2011.

FIN/INFOSGABON/GM/2016

Copyright Infos Gabon

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *