Politique

« S’il n’y avait pas eu le 12 Avril, il n’y aurait jamais eu ce 20 Juin », Dieudonné Minlama Mintogo

Libreville, Mercredi 24 Juin 2015 (Infos Gabon) – Cette déclaration est du président de l’Observatoire National de la Démocratie (OND), Dieudonné Minlama Mintogo, lancée au cours de sa rencontre avec les populations gabonaise toutes obédiences confondues au collège Capitaine Ntchoréré de Libreville le 20 Juin 2015.

Le président de l’OND, Dieudonné Minlama Mintogo dont l’action politique, économique et sociale est centrée depuis plusieurs années à ce jour, à la supervision technique des joutes électoraux en Afrique, et également à l’analyse de la situation qui prévaut dans certains pays africains pour coller véritablement à l’idéal démocratique, a pris tout le monde à contre pied, du moins une certaine opinion nationale qui n’avait jamais imaginé un seul instant que ce monsieur qui s’est forgé une notoriété internationale depuis quelque temps en devenant observateur avisé des scrutins politiques dans certains pays africains allait déclarer sa candidature à l’élection présidentielle de 2016.

Blague de mauvais goût ou simple fantasme ? Nul ne peut l’affirmer sans risquer d’être tancé de xénophobie et surtout de chercher de nuire à la personnalité d’autrui.

Toujours est-il que, c’est devant une foule nombreuse présente au collège Capitaine Ntchoréré le Samedi 19 Juin 2015 que Dieudonné Minlama Mintogo a décliné sa nouvelle vision qui est celle de briguer les suffrages universels de ces compatriotes lors de l’élection présidentielle de 2016 comme candidat d’interposition.

Ainsi pour justifier cette prise de position il a lancé cette phrase : « S’il n’y avait pas eu le 12 Avril, il n’y aurait jamais eu ce 20 Juin ». Plus qu’une dialectique, les masses ont compris que le digne fils d’Adzap Effack à Bitam (Woleu Ntem) fait indubitablement référence au décès d’André Mba Obame (AMO) survenu le 12 Avril 2015, entendu qu’il compte redonner son blason et prendre son destin.

De grâce, Dieudonné Minlama Mintogo soulève par cette position un débat qui ne manquera pas de piquant car, l’héritage politique de feu AMO est loin d’être récupérable pour le premier candidat proclamé, à défaut de s’attirer les foudres des animateurs du FOPA (Front de l’Opposition pour l’alternance) qui clament ouvertement être les ‘’principaux’’ héritiers politiques de l’ancien ministre de l’Intérieur du défunt Président Omar BONGO ONDIMBA, et qui ces derniers temps multiplient les stratagèmes pour arrêter une position définitive par rapport à l’échéance politique à venir.

Comme quoi, avec cette candidature, le digne fils d’Adzap Effack (Bitam) vient tout simplement de verser du sable dans la marmite des : Zacharie Myboto, Jean Ping, Jean Eyeghe Ndong, Pierre Amoughe Mba, Luc Bengone Nsi et autres.

FIN/INFOSGABON/CM/2015

Copyright Infos Gabon

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *