Politique

Tribune libre : Comme un air d’incohérence et d’inconsistance dans la démarche d’Appel à Agir

Libreville, Jeudi 28 novembre 2019 (Infos Gabon) – Ceci est une tribune libre signée de Wenceslas Moulende, Docteur en Science politique.

Il ne me semble pas cohérent du tout pour ces aînés, de remettre sur le tapis, la théorie de la tutelle politique exercée par x où y sur la personne du Président de la République Ali Bongo Ondimba.

Appel à Agir s’est toujours pompeusement réclamé être du côté de la justice lorsqu’il s’est agi de soumettre le Chef de l’état à une expertise médicale. Après l’avoir saisie, la justice gabonaise s’est prononcée contre cette démarche et tous les textes de lois en rapport avec cette question ont milité farouchement contre les 10 d’Appel à Agir.

Dans une conférence de presse tenue récemment, nos 10 compatriotes ont remis ça. Ils ont une énième fois prétendu que le Chef de l’état était désormais sous une autre tutelle politique imaginaire, ladite tutelle citée lors de cette conférence. Prétendant ainsi que le Chef de l’état ne serait pas en capacité de diriger, une remake des 10 d’Appel à Agir.

L’ouverture de ce nouveau feuilleton de spéculations politiques par nos 10 compatriotes me fait douter de la cohérence et de la consistance de leur démarche d’autant plus que le Président Ali Bongo, a récemment, dirigé les assises du conseil supérieur de la magistrature. Une réunion qui regroupe le gros de ce que le Gabon compte comme magistrats donc hommes et femmes de droit, qui ne peuvent pas eux, être dans le complot politique.

Si le conseil supérieur de la magistrature s’est tenu sans heurt, en présence du Chef de l’état et de ces sommités de la justice gabonaise, J’ai des raisons de penser que le bon sens et la vérité y étaient dignement représentés. À partir de ce moment, qui pourrait penser que ces hommes et femmes vertueux, auraient décidé de camoufler la vérité en se taisant sur la prétendue incapacité du Président Ali Bongo. Ironie du sort, c’est vers ceux et celles qui viennent de tenir ce conseil supérieur de la magistrature présidé par Ali Bongo que les 10 d’Appel à Agir pourraient de nouveau se tourner pour dire qu’Ali Bongo n’est pas capable de gouverner.

Si d’aventure, un tel entêtement s’emparait de nos 10 compatriotes, il serait juste de leur poser la question suivante: « Avec qui les hauts magistrats de ce pays ont-ils tenu le conseil supérieur de la magistrature ? ». Cette simple question et la qualité de ceux qui ont pris part à ce conclave de la magistrature aux côtés d’Ali Bongo, montrent bien l’incohérence de la démarche actuelle de ce groupuscule politique et l’inconsistance des charges portées contre Ali Bongo. C’est dit…

Wenceslas Moulende, Docteur en Science politique

FIN/INFOSGABON/IN/2019

Copyright Infos Gabon

Lire aussi Gabon : Lorsqu’Africa 24 induit les téléspectateurs en erreur

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *