International

Afrique centrale : Le marché financier à l’heure du décollage

Libreville, Mercredi 19 Juin 2019 (Infos Gabon) – La restructuration du régulateur, la fusion des deux bourses et la mise en place d’un dépositaire central devraient contribuer à l’envol de ce marché commun.

Les acteurs du marché financier du Tchad se sont retrouvés les 12 et 13 juin dernier à Ndjamena. A l’occasion, un atelier d’information et de promotion du marché financier d’Afrique centrale s’est tenu.

Placé sur le thème : «Marché financier et financement de l’économie», ledit atelier a réuni l’écosystème local d’investisseurs, d’intermédiaires, d’entreprises de premier plan.

Occasion de présenter aux participants le marché financier régional, ses différents outils de financement, l’historique et l’impact des emprunts obligataires de l’Etat du Tchad, l’étude de cas d’un emprunt obligataire privé en zone CEMAC, un comparatif entre l’endettement sur le marché de capitaux, et l’endettement sur le marché bancaire.

Cet atelier est intervenu avant un déjeuner de concertation entre la Commission de surveillance du marché financier de l’Afrique centrale (COSUMAF) et les autorités publiques sectorielles tchadiennes portant sur la sensibilisation à la mise en œuvre de l’article 8 de l’Acte additionnel du 19 février 2018 portant unification du marché financier de la CEMAC et mesures d’accompagnement.

Les différents échanges ont porté sur l’identification des entreprises publiques, parapubliques ou issues des PPP susceptibles d’entrer en bourse en s’ouvrant à un actionnariat populaire, la détermination des conditions possibles d’introduction en bourse ou de cotation d’entreprises collectant l’épargne publique et des filiales de multinationales, et enfin, des incitations fiscales au recours au marché de capitaux.

Le 11 juin, les Commissaires (membres du Collège) de la COSUMAF ont prêté serment devant la Cour communautaire de justice de la CEMAC, et ont tenu, le 12 juin, une session ordinaire du Collège du nouveau régulateur régional.

En sa qualité de président de la COSUMAF, Nagoum Yamassoum s’est réjoui par le fait que le deuxième semestre de l’année 2019 devrait être marqué essentiellement par la restructuration des différentes entités du marché financier unifié.

«Ces réformes visent à doter la CEMAC d’un organisme de supervision renforcé dans ses missions et exerçant ses fonctions en adéquation avec les standards internationaux. Le marché financier régional est le marché domestique des Etats membres de la CEMAC. Dès lors, il convient de souligner la nécessité d’une présence active des acteurs publics comme condition essentielle permettant de susciter la confiance des opérateurs économiques et attirer les entreprises privées en bourse».

Il a par la suite rappelé aux participants le bien fondé de cet organe  qui est une émanation des Etats de la CEMAC. «La COSUMAF est l’Autorité du marché financier sous- régional. Elle exerce ainsi ses pouvoirs de régulation, de contrôle et de sanctions sur les différents acteurs et structures qu’elle a agréés.

Les décisions que prend la COSUMAF sont obligatoirement motivées et immédiatement exécutoires à l’encontre des personnes ou structures visées», a-t-il indiqué.

FIN/INFOSGABON/SM/2019

Copyright Infos Gabon

Lire 👉 Endettement : L’ardoise du Gabon en baisse

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *