International

Algérie : Abdelkader Bensalah, président intérimaire

Libreville, Mardi 9 Avril 2019 (Infos Gabon) – Le président du Conseil de la nation, le Sénat algérien, a été désigné ce mardi pour conduire les 90 jours de transition qui s’achèveront par l’organisation d’une élection présidentielle.

Conformément à l’article 2 de la Constitution algérienne, Abdelkader Bensalah, président du Conseil de la nation, le Sénat algérien, a été nommé président par intérim du pays au cours d’une plénière organisée hier. Malgré le boycott des sénateurs et députés de l’opposition, la désignation du successeur d’Abdelaziz Bouteflika, démissionnaire il y a une semaine jour pour jour devant un mouvement de contestation populaire.

Aussitôt nommé, Abdelkader Bensalah, 77 ans, a déjà une idée de sa mission à la tête de l’Etat durant ses trois mois de magistère. «Nous ferons le nécessaire afin que cette courte période qui s’ouvre devant nous permette à la nation d’entrer dans une nouvelle ère. Une ère durant laquelle le peuple algérien sera maitre de son destin. Il choisira ses futurs dirigeants en toute liberté et démocratie», a-t-il indiqué.

Mais, le promu ne dispose pas d’une grande marge de manœuvre autant qu’un président élu. Le chef d’Etat intérimaire n’est fondé d’aucun pouvoir de nomination de ministres, de droit de grâce, de remise ou de commutation de peine, et de convocation de référendum. Tout comme il ne peut non plus dissoudre l’Assemblée populaire nationale, organiser des élections législatives anticipées ou réviser la Constitution.

Comme il fallait s’attendre, sa venue ne passe pas au sein des masses. Aussitôt nommé, il est déjà l’objet d’une vague de contestation. Considéré comme un pur produit du système Bouteflika, M. Bensalah fait partie des «B» rejetés, à l’instar du Premier ministre, Nourredine Bedoui et du président du Conseil constitutionnel, Tayeb Belaïz.

Journaliste, le chef d’Etat par intérim d’Algérie est un homme discret et réservé qui a été successivement député, haut fonctionnaire, puis président de l’Assemblée. Avant de devenir en 2002 président du Conseil de la nation.

FIN/INFOSGABON/PM/2019

Copyright Infos Gabon

LIRE AUSSI Présidentielle en Algérie : Bouteflika jette l’éponge

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *