Economie

« C’est une activité assez difficile, mais j’arrive à me prendre en main », Anne Florette Ngoundou

Libreville, Mardi 5 Novembre 2019 (Infos Gabon) – Faire le commerce du poisson braisé, une activité génératrice de revenus. C’est le travail que fait Mlle Anne Florette Ngoundou. Nous l’avons rencontrée à Libreville.

Infos Gabon : Comment êtes-vous lancé dans le commerce du poisson braisé ?

Anne Florette Ngoundou : C’est après avoir travaillé plusieurs années au service de bon nombre de personnes, après avoir connu des hauts et des bas, des tensions à répétition avec les employeurs, je me suis dite qu’il était temps pour moi de me valoriser en me mettant à mon propre compte. Aujourd’hui, j’arrive à joindre les deux bouts grâce à l’activité du poisson à la braise. C’est une activité assez difficile, mais j’arrive tout de même à me prendre en main.

Infos Gabon : Ça fait combien d’années que vous êtes dans cette activité, et pourquoi celle-ci en particulier ?

Anne Florette Ngoundou : Cela fait un peu plus de six ans aujourd’hui que je vis essentiellement de cette activité. La braise spécifiquement, parce que, c’est avant tout une activité culinaire que j’aime bien manger. Et je me dis pourquoi ne pas en faire une activité génératrice de revenus. C’est aussi parce que, c’est la première activité qui m’est venue à l’idée lorsque j’ai décidé d’exercer, d’arrêter de travailler avec des gens qui ne vous accordent même pas le moindre respect.

Infos Gabon : Comment s’organise votre journée de travail ?

Anne Florette Ngoundou : Alors, il faut dire qu’il y a des choses qui se font la veille, comme écailler le poisson et mariner, l’achat des condiments, de la mayonnaise, l’arôme magie et autres. Faire le passage en revue du matériel comme le charbon, le barbecue et bien d’autres. Tout cela pour me permettre de travailler le lendemain en toute quiétude.

Le jour J, je procède à la découpe des condiments, je prépare le riz, les patates qui sont essentiellement les compléments alimentaires, et j’entame la braise. Les choses vont beaucoup plus vite lorsque cette étape, que j’appelle la mise en place est faite la veille. Je procède également de la sorte parce que j’ai un enfant à bas âge. Ça me permet d’avoir une longueur d’avance. Si je ne m’organisais pas ainsi, j’aurais eu énormément de soucis.

Infos Gabon : Quelles sont les difficultés rencontrées, ainsi que vos ambitions ?

Anne Florette Ngoundou : Les difficultés rencontrées sont de plusieurs ordres, à savoir, le contact permanent avec la fumée. Inhaler la fumée chaque jour m’expose à des maladies respiratoires. Malheureusement, certaines activités ont un revers de la médaille, on ne peut rien y faire. Il y a aussi les caprices des clients qui vous passent des commandes, et décommandent lorsque vous leur apportez le plat. Ce sont des faits assez rares, mais qui nous mettent à mal, et c’est un plat de perdu. Il y a le sempiternel problème de monnaie qui débouche le plus souvent sur des invectives.

Ça fait six ans que je supporte cela. J’ai appris à m’y faire. Il faut également dire que le retour des pluies n’est pas en reste. On peut tout apprêter et la nature décide de faire autrement. Du coup, on n’a pas des clients. Parfois, il peut pleuvoir pendant plusieurs jours, nous mettant dans une situation de “chômage technique”. Et c’est un manque à gagner pour nous.

En termes d’ambitions, c’est déjà d’exercer dans un cadre approprié, où je peux exercer à toute heure de la journée. Après six années d’exercice, je crois que le temps est venu pour moi de diversifier mon activité, en faisant dans la restauration au sein duquel, je vais intégrer la braise au lieu de me limiter à un seul pan de cette activité.

Infos Gabon : Votre mot de fin

Anne Florette Ngoundou : Je veux d’abord remercier Dieu pour m’avoir donné les capacités me permettant de me prendre en charge. J’aurais pu dépendre toujours des autres, au regard des soucis que je viens d’énumérer. Par la grâce, j’ai une faculté à ne pas me décourager quelle que soit la difficulté.

Je voudrais par la suite, vous remercier pour cet échange que vous m’offrez, pour parler de mon activité. Je veux également inviter les uns et les autres à se prendre en main. Il suffit juste d’une décision pour faire changer notre vie.

FIN/INFOSGABON/LK/2019

Copyright Infos Gabon

Lire aussi Ogooué-Lolo : Ferveur populaire autour de Brice Laccruche Alihanga

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *