Environnement International

Environnement : Ali Bongo Ondimba, fervent défenseur de l’Accord de Paris et de la COP23

Libreville, Mercredi 20 Septembre 2017 (Infos Gabon) – Le président gabonais a réaffirmé son engagement contre les changements climatiques mardi à New-York aux Etats-Unis dans le cadre du Pacte mondial sur l’environnement.

A l’invitation de son homologue français, Emmanuel Macron dans le cadre du sommet sur le Pacte mondial de l’environnement organisé mardi à New-York aux Etats-Unis en marge de la 72e Assemblée générale des Nations unies, le président gabonais a délivré un plaidoyer en faveur de la sauvegarde de l’Accord de Paris et la réussite de la COP23.

En sa qualité de coordonnateur du Comité des chefs d’Etat et des gouvernements africains sur le changement climatique (CAHOSCC), Ali Bongo Ondimba a réaffirmé son leadership et sa détermination à œuvrer en faveur d’un rassemblement de toutes les parties autour de l’Accord de Paris, aujourd’hui fragilisé par la prise de position de certains Etats.

Prenant l’exemple du Gabon qui a adopté le 1er août 2014 une loi d’orientation sur le développement durable et la création en juin dernier de vingt aires marines protégées, il a tenu à réaffirmer l’indéfectible engagement de son pays en faveur de l’environnement.

D’où l’hommage qu’il a rendu au président français qui, à travers le Pacte mondial de l’environnement, permet de «poser les jalons du socle juridique devant garantir à chaque être humain le droit à un environnement sain, au même titre que la charte universelle des droits de l’Homme lui garantit ses droits civils et politiques. Ce pacte universel, qui viendra à la suite du complexe normatif de Rio, devrait nous permettre d’harmoniser les différents instruments internationaux existant en matière d’environnement, comme ceux qui existent dans des matières connexes comme le droit de la mer, dont on n’exploite pas suffisamment la dimension environnementale.»

Bien que certaines pesanteurs se dressent généralement en véritables goulots d’étranglement au déploiement efficace de ces différents mécanismes, le président gabonais invite tout de même à une mobilisation de tous au regard des dangers qui guettent l’humanité.

«Au-delà du réchauffement climatique, les atteintes humaines à notre environnement commun se multiplient, qu’il s’agisse de la déforestation, de la disparition de milliers d’espèces animales et végétales ou des différentes formes de pollution. A cet égard, je voudrais profiter de cette tribune pour alerter contre le cancer moderne de l’environnement, qu’est devenu le plastique, qui tue en silence nos océans et qui ne peut être combattu que dans un cadre collectif», a souligné Ali Bongo Ondimba.

«Je me dois de rappeler que la protection de l’environnement constitue un défi particulier pour l’Afrique car notre développement dépendra de notre capacité à assurer une gestion rationnelle et durable de nos ressources naturelles, tout en assurant à nos peuples les bienfaits du développement. Et, de fait, parce que nous sommes conscients de cette problématique, nous avons décidé lors de la COP22 de regrouper les pays partageant des territoires aux enjeux climatiques identiques», a poursuivi le Chef de l’Etat gabonais.

Ali Bongo Ondimba reste convaincu donc de ce que «la préservation de l’environnement est une question de vie et de mort pour nous, l’Afrique devrait pouvoir adhérer aux trois principes structurant le Pacte Mondial pour l’Environnement qui nous est proposé. Dès lors, nous ne pouvons que souscrire au principe de l’universalité du Pacte pour l’Environnement car nous savons depuis longtemps que la crise écologique ne connaît pas les frontières des Etats.»

FIN/INFOSGABON/TW/2017

Copyright Infos Gabon

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *