Politique

Gabon : Contre la rivalité gendarmes-policiers

Libreville, 28 janvier 2013 (Infos Gabon) – Plusieurs policiers ont exprimé ces derniers temps ce qu’ils appellent « la pèche des gendarmes dans leurs eaux ». Ainsi dans leur entendement, les choses devraient être ainsi reparties : les gendarmes restent intervenir dans les zones périurbaine et rurale ; et les policiers se chargent des zones urbaines.

Or, il est récurrent que les gendarmes en viennent à se déployer dans les zone urbaines pour effectuer leurs opérations quotidiennes.

C’est certainement en raison de ce qui précède que, lorsque les gendarmes se postent en zones urbaines il y a des risques de démêlés avec les policiers ; dernier fait en date en ce sens, la bagarre policiers-gendarmes de la gare routière.

Ces faits sont d’autant plus graves qu’ils peuvent se transformer en batailles armées et causer des morts de militaires.

Les deux commandants en chef devraient chacun rappeler à l’ordre ses agents ; ce d’autant plus que ces deux corps de l’Etat sont avant tout complémentaires, c’est pourquoi ils devraient plus être solidaires dans leurs actes respectifs que rivaux.

D’ailleurs, les groupes d’élite formés de plusieurs corps, tels que créés par le président Ali Bongo Ondimba à l’époque ministre de la défense visent à renforcer cette solidarité des corps de nos forces de sécurité et de défense.

Mais encore, les militaires ont sensiblement les mêmes missions générales de défense et de sûreté du territoire nationales. Et concernant particulièrement les gendarmes et policiers, il apparaît qu’ils font quasiment la même chose ; les patrouilles, les contrôles, escortes, la garde rapprochés, la police judiciaire etc.

S’il est vrai qu’on ne peut normalement trouver des policiers en poste à nos frontières, en revanche il est coutumier que les gendarmes interviennent dans Libreville.

A ce niveau il faut rappeler les missions communes des deux corps et la question des effectifs car à regarder de près les gendarmes semblent nettement plus nombreux que les policiers, sans dévoiler les chiffre des deux commandements en chef, il n’y a qu’à observer à Libreville par exemple, la gendarmerie a quatre camps (Gros bouquet, Roux, PK 9 et Owendo) contre deux pour la police (Fopi et Montagne sainte).

Il n’est donc pas sûr que la police puisse à elle toute seule sécuriser tout Libreville ; d’où le renfort de la gendarmerie ; ces deux corps doivent donc être solidaires contre l’insécurité et le banditisme dans Libreville et non se bagarrer !

FIN/INFOSGABON/PK/MM/2013

© Copyright Infos Gabon

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *