Politique

Gabon : Depuis qu’il a parlé…

Libreville, Mardi 19 Septembre 2017 (Infos Gabon) – Le discours de l’homme avait fait recette aux premières heures de la Coalition pour la nouvelle République dont il reste jusqu’ici le porte-étendard pour ceux qui y croient toujours.

Tant les sirènes de la démagogie et du mensonge ont drainé les foules autour de celui-là qui promettait alors aux Gabonais à coups d’envolées lyriques un paradis en plein cœur de l’Afrique centrale.

Difficile pour beaucoup de résister à cet ouragan de la manipulation des masses qui soufflait alors à une vitesse vertigineuse sur le Gabon. Quoi de plus normal pour beaucoup de résister aux chimères d’un changement dont son détenteur avait lui seul le secret. Certains compatriotes ont alors préféré le mensonge à la vérité, l’idéalisme au réalisme. Jean Ping, puisque c’est de lui qu’il s’agit, avait fini par corrompre les esprits en vendant un idéal au contenu creux.

Le temps est passé et beaucoup d’eau a coulé sous les ponts. La pensée d’Abraham Lincoln selon laquelle : «on peut tromper une partie du peuple tout le temps et tout le peuple une partie du temps, mais on ne peut pas tromper tout le peuple tout le temps» a fini par le rattraper et confirmer que le mensonge n’a pas de longues jambes.

Au fil des semaines et des jours, la galaxie Ping est en train de s’écrouler tel un château de cartes. Au fur et à mesure que le temps passe, plusieurs inconditionnels quittent la barque. A la queue leu-leu, les soutiens de l’homme claquent la porte avec parfois des déclarations fracassantes sur le fonctionnement de leur ancien mentor subitement devenu l’homme à abattre.

Avec le temps et le recul nécessaire, beaucoup se sont finalement rendu compte qu’il s’agissait plutôt d’un marché de dupes où seul son concepteur maîtrisait les règles du jeu. Tandis que les autres devaient servir de faire-valoir et de bétail électoral. Ils se comptent désormais au bout des doigts ceux-là qui y croient encore. Mais pour combien de temps encore? Surtout quand on sait que la grande échéance des législatives, prévue d’ici avril 2018, constituera un tournant décisif donnant lieu à une recomposition de l’échiquier politique.

Tel un feu de paille, la Coalition pour la nouvelle République est visiblement en train de vivre ses derniers jours. Au Gabon, le constat est bien clair : ce n’était que du vent. Jean Ping a voulu roulé tout le monde, mais a finalement été abattu en plein vol par le temps.

Conscients des enjeux futurs, ses fidèles d’hier semblent avoir intégré cet adage selon lequel : «qui veut aller loin ménage sa monture». Car, ceux-là qui manqueront ce rendez-vous avec l’histoire seront de fait à la touche du jeu politique plusieurs années durant.

Au Gabon, les différents états-majors se mettent en place au fur et à mesure qu’approche la date fatidique. Nul ne veut rater le coach. Entre temps, celui qui se fait toujours affubler du statut de leader de l’opposition (à tort, diront certains opposants) par ses courtisans, peine à se remettre de sa défaite lors de l’élection présidentielle du 27 août 2016. M. Ping a du mal à se défaire de son rêve présidentiel et à redescendre sur terre pour voir la réalité en face.

Dans le camp du pouvoir, la sérénité est revenue. Tel un roseau, le pouvoir a certes plié pour la bonne cause durant la tempête de la crise post-électorale, mais n’a pas pour autant rompu. Après le dialogue politique initié par le président Ali Bongo Ondimba, le Gabon se remet progressivement de la grande crise économique consécutive à la chute mondiale des cours du pétrole survenue en 2014 et se réconcilie d’avec lui-même.

Il redevient progressivement un meilleur risque pour les investisseurs et un pays à qui les bailleurs refont confiance. Malgré le discours de la haine et de la médisance qui se fait de plus en plus inaudible. Aujourd’hui, le Plan de relance économique est au cœur des préoccupations du chef de l’Etat qui a résolument engagé son gouvernement à tout mettre œuvre pour surmonter au plus vite la crise actuelle et permettre au peuple du Gabon de savourer à nouveau les délices de la croissance.

Tous les leviers sont d’ores et déjà activés dans ce sens pour atteindre le bout du tunnel. L’embellie économique qui s’annonce et renait progressivement est un indicateur assez probant qui montre que les hirondelles qui annoncent le printemps planeront bientôt dans le ciel de Libreville.

FIN/INFOSGABON/TW/2017

Copyright Infos Gabon

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *