Société

Gabon / Kevazingogate : Le conseil de François Wu contre-attaque

Libreville, Lundi 20 Mai 2019 (Infos Gabon) – L’avocat du cerveau présumé de la disparition de 353 containers contenant du Kevazingo dénonce une absence d’éléments juridiques palpables dans l’accusation contre son client.

L’affaire de la disparition de 353 containers contenant du Kevazingo et baptisée par la presse «Kevazingogate» a connu le 20 mai 2019 un nouveau rebondissement avec la sortie médiatique de Me Tony Serge Minko Mi Ndong, avocat de la défense de François Wu, présenté comme cerveau supposé de ce scandale.

Dans sa défense, l’homme de droit a tenu à rappeler que son client bénéficiait de la présomption d’innocence et que cette accusation souffrait d’une absence d’éléments juridiques et de preuves tangibles pour l’incriminer. Contrairement à ce qui a été avancé, ce dernier n’est pas en cavale.

Me Tony Serge Minko Mi Ndong s’appuie ainsi sur l’absence d’un ensemble d’éléments prouvant la vacuité du dossier incriminant François Wu. Il cite, conformément à l’article 300 du Code douanier, le procès-verbal de saisie des Douanes dûment établi par les services douaniers. Il relève aussi l’absence de l’ordonnance d’inventaire de mise sous main de justice et les documents irréfutables établissant la complicité de François Wu dans ce scandale.

L’avocat qui n’a eu de cesse de dénoncer cette procédure, tient à relever que le dossier incriminant son client n’est que constitué des auditions des agents des Douanes et des Eaux et Forêts. «Et si elle se poursuit comme par enchantement, elle s’achemine vers un vice rédhibitoire, donc un échec», souligne Me Tony Serge Minko Mi Ndong.

Il souhaite pour cela que son client retourne au Gabon pour bénéficier d’une justice équitable.

FIN/INFOSGABON/SM/2019

Copyright Infos Gabon

LIRE AUSSI Editorial / Gabon : Maintenant ou plus jamais !

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *