Economie

Gabon / La Poste SA : Le départ d’Alfred Mabika suscite des réactions

Libreville, Mercredi 28 Octobre 2015 (Infos Gabon) – Le départ d’Alfred Mabika de son poste de Président Directeur Général (PDG) de la Poste SA continue de susciter des commentaires les plus acerbes tant dans l’opinion que dans la presse. Pour les uns, Mabika a « péché » et il devait partir. Tandis que les autres voient en cette décision de le virer une manière habile, mieux encore une entourloupette eu égard à la constitution des faits.

En prenant ses fonctions en qualité de PDG de la Poste SA en 2007, Alfred Mabika avait trouvé 4 000 livrets d’épargnes, et suite à l’arrivée de nouveaux épargnants spécifiquement les clients en provenance du trésor public, le chiffre est monté à 48 000 clients en 2015, car lassés qu’ils étaient de constater les difficultés dans le paiement de leurs salaires. Idem pour les étudiants bancarisés qui avaient ouvert des comptes à la Postebank pour percevoir régulièrement leurs bourses, on peut lire dans les journaux locaux.

Puis, chemin faisant, le trop plein de la clientèle a eu raison de l’entreprise qui ne pouvait plus honorer convenablement ses obligations vis-à-vis des uns et des autres, surtout que depuis lors l’Etat s’en délectait à cœur joie en laissant la situation prendre une tournure inquiétante, pas plus qu’il ne s’était plus acquitté de la subvention de la Poste SA depuis 2012.

La goutte d’eau qui a débordé le vase est donc tombée lorsque les derniers mouvements d’humeur des agents ont déclenché, puisque ces derniers disaient ne plus savoir à quel saint se vouer pour honorer leurs engagements vis-à-vis des nombreux clients qui défilaient dans les guichets, sous entendu que la maison mère était en cessation de paiement faute de liquidité.

Et dans la foulée de cette saute d’humeur, la tête du PDG Alfred Mabika a été sacrifiée pour, a-t-on dit, son « manque de vision » en laissant sa place à un nouveau venu Michaël Adandé, ancien Président de la Banque de Développement des Etats d’Afrique Centrale (BDEAC). De grâce, lors d’une conférence de presse qu’il a animée samedi dernier, il a promis redresser l’entreprise, sans omettre que cela nécessitait un temps assez long, occasion de repasser le dossier en revue générale. Mais comble d’ironie, les fonds ont été trouvés. D’où sortent-ils motus et bouche cousue. Mais cette question se pose d’autant plus avec instance qu’il a été dit que le déficit s’élevait à un peu plus de 30 milliards de FCFA. Voulait-on noyer le poisson dans l’eau en prenant M. Mabika comme principal bouc émissaire ? Là où gît le lièvre.

Au demeurant, le Directeur Général de la Postebank, filiale de la Poste SA, Florentin Kassa a confié jeudi dernier à la presse que l’idée de détournement des fonds dans les caisses de l’entreprise était fortement absurde, arguant qu’il était mieux de parler en termes de « mauvais choix opérés ». Puis, il a relevé que seul un audit des finances publiques peut justifier une telle approche.

Toujours dans cet engrenage de la Poste SA, le nouveau maitre des lieux, Michael Adandé a, pour sa part, annoncé aux medias que l’Etat, actionnaire majoritaire du groupe, vient d’injecter un montant de 7 milliards de FCFA pour la relance de la trésorerie de la poste SA et sa filiale la Postebank.

Au vu de ce qui est relaté, des interventions des uns et des autres, des commentaires et interrogations suscités, on se croirait dans le premier épisode d’un feuilleton dont on ne connait pas l’issue. Affaire à suivre…

FIN/INFOSGABON/OS/2015

Copyright Infos Gabon

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *