Economie

Classement : Le Gabon, 7e pays émergent en Afrique

Libreville, Jeudi 16 Mai 2019 (Infos Gabon) –  Le pays d’Ali Bongo Ondimba est distingué par l’Institut de l’émergence pour ses réformes économiques audacieuses.

Les efforts fournis par le gouvernement gabonais en vue d’un retour de la croissance viennent d’être honorés à la faveur du deuxième classement annuel des Etats africains sur l’émergence économique basé sur l’Indice synthétique d’émergence économique (ISEME). Parmi les critères d’éligibilité, le classement tient compte de la richesse inclusive, du dynamisme économique, de la transformation structurelle et de la bonne insertion au sein de l’économie mondiale.

Le Gabon qui se distingue par une économie en pleine relance marquée par sa diversification et des réformes structurelles courageuses initiées par le président Ali Bongo Ondimba vient en 7e position sur les 45 économies africaines étudiées.

« La croissance gabonaise est de moins en moins dépendante du cours des matières premières, notamment du pétrole », affirment les auteurs du classement. «On commence à percevoir les ferments d’une croissance endogène grâce à l’amélioration de certains fondamentaux comme la réforme de l’Etat, l’amélioration du climat des affaires ou encore le recul de la corruption depuis deux ans», souligne un spécialiste de l’Afrique centrale au Fonds monétaire international (FMI).

Avec cette position, le Gabon peut prétendre à la catégorie des pays «pré-émergents» au même titre que la Côte d’Ivoire et la Tunisie. Alors que le palier supérieur constitué de deux «pays émergents» est occupé par le Maroc et l’Afrique du Sud. La troisième catégorie comporte quant à elle des Etats comme le Sénégal et le Cap Vert dotés du statut de « potentiellement émergents».

Les pays qualifiés d’«aspirants émergents» où se trouvent l’Éthiopie et le Malawi forment la 4e  catégorie. Tandis que la boucle est bouclée au niveau de la 5e catégorie par ceux dits «sous-développés» comprenant à leur sein le Liberia, la Centrafrique et le Burundi.

« L’ISEME complète utilement les indices tels que l’indice de compétitivité globale ou l’indicateur de Doing Business qui mesurent plus un potentiel d’attractivité que des performances palpables pour le pays et pour ses résidents, en termes d’emplois et de revenus supplémentaires», indique Moubarack Lo, responsable à l’Institut de l’émergence.

FIN/INFOSGABON/IN/2019

Copyright Infos Gabon

LIRE AUSSI Gabon : Le secteur privé a le vent en poupe

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *