Politique

Gabon : Le coup de gueule de Ndemezo’o Obiang à Ping

Libreville, Lundi 29 Avril 2019 (Infos Gabon) – Le président de Démocratie nouvelle accuse le président de la Coalition pour la nouvelle République d’être à l’origine de l’échec de l’opposition gabonaise.

Profitant des Journées de réflexion de la formation politique Démocratie nouvelle (DN) organisées les 27 et 28 avril dernier à Libreville, René Ndemezo’o Obiang n’est pas passé par quatre chemins pour régler quelques comptes à Jean Ping au passage. Dans cette sortie, le président de ce parti de l’opposition estime que le président de la Coalition pour la nouvelle République (CNR) a conduit l’opposition gabonaise à l’échec.

L’actuel président du Conseil économique, social et environnemental (CESE) a donc saisi cette occasion pour justifier les raisons de son divorce d’avec celui dont il a été le directeur de campagne lors de l’élection présidentielle en 2016. «Selon les dispositions de la Constitution de la République gabonaise, les décisions de la Cour constitutionnelle, juge suprême des élections, sont non susceptibles de recours. Notre parti ne pouvait donc que prendre acte de la décision rendue par la haute juridiction et s’y conformer», a-t-il indiqué.

Rejetant l’image de traitre que ses camarades de l’opposition veulent lui coller à la peau, il tient à prouver le contraire de ces accusations. «Chacun sait ou devrait savoir qu’après l’annonce par le ministre de l’Intérieur des résultats provisoires de l’élection présidentielle, le président de Démocratie nouvelle, au moment où beaucoup de bavards d’aujourd’hui sont restés cloîtrés au QG de campagne, a pris la tête de l’importante marche de protestation organisée le 31 août 2016 par l’opposition. De nombreux militants et sympathisants de notre parti figurent parmi les victimes tragiques d’août 2016»,  a lancé René Ndemezo’o Obiang.

Pour lui, le lâchage de son mentor d’hier tient aussi de la démarche empruntée par ce dernier pour revendiquer sa supposer victoire. «L’expérience de ces dernières années montre que les réactions brouillonnes et désordonnées, certes émotionnellement compréhensibles, suite aux décisions rendues par la haute juridiction constitutionnelle n’ont jamais prospéré. Elles sont restées lettres mortes», déplore-t-il.

«Nous remémorant ces faits historiques, après la proclamation par la Cour constitutionnelle des résultats définitifs de l’élection présidentielle du 27 août 2016, nous aurions commis une faute politique impardonnable si nous avions emprunté la même voie conduisant aux mêmes errements, à la même impasse qu’en 1993, 1998 et 2009 », a-t-il poursuivi. Avec ce énième rejet, Jean Ping est plus que jamais un homme seul.

FIN/INFOSGABON/PM/2019

Copyright Infos Gabon

LIRE AUSSI Gabon : Le Premier ministre reçu par le président Ali Bongo Ondimba

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *