Social

Gabon : Les enseignants du supérieur en grève

Libreville, 5 février 2013 (Infos Gabon) – Au Gabon, les enseignants du Supérieur, membres du SNEC (Syndicat National des Enseignants et Chercheurs) ont entamé une grève illimitée lundi, annoncé Jean Remy Yama, le Président du SNEC.

Dans une déclaration faite samedi, les enseignants et chercheurs ont dit avoir constaté qu’aucune évolution n’avait été apporté au préavis déposé sur la table du Gouvernement, il y a de cela deux semaines.

« Nous avons constaté que malgré les efforts des enseignants et chercheurs, qui ont attiré l’attention du Premier ministre  depuis septembre 2012, ensuite déposé un préavis de grève, aucune négociation n’a été ouverte. Nous décidons donc d’arrêter les cours dès ce lundi, en attendant l’ouverture des négociations », a précisé Jean Remy Yama.

Le problème se situe au niveau de la non mise en application de la mesure présidentielle qui visait à revoir à la hausse les salaires des enseignants chercheurs.

« Le 16 août 2011, le Chef de l’Etat avait fait une déclaration d’intention dans ce sens au cours de son allocution à la nation en rapport avec la célébration du 17 août (fête nationale de l’indépendance). Il avait une déclaration de confirmation le 31 décembre 2011 dans son discours de fin d’année. La mise en œuvre, quant à elle devant s’effectuer à partir de janvier 2012. Aujourd’hui, nous sommes en février 2013. Plus d’un an après, aucun élément n’a évolué », a expliqué M. Yama.

Les enseignants chercheurs pensent reprendre les cours que si les négociations avec le Gouvernement sont effectives.

La CONASYSED menace aussi

Même son de cloche chez les enseignants du primaire et secondaire, où la Conasysed, un des plus grands syndicats du secteur, a lancé lors d’une assemblée générale tenue samedi dernier à son siège à Libreville, un préavis de grève de dix jours, à partir du 4 février 2013.

Les enseignants menacent de paralyser tout le secteur éducatif après l’assemblée générale, instance suprême de décision, qu’ils organisent le samedi 16 février prochain, si leurs revendications ne sont pas prises en compte par le Gouvernement.

Un cahier de charges avait été déposé sur la table du gouvernement.

Les enseignants fustigent les nouvelles modalités de passage en classes de sixième et de seconde et du non versement de la pife 2012. Ils s’insurgent contre « la non régularisation des situations administratives des enseignants (post-budgétaires, intégrations, titularisations, reclassement) ; la non publication de la grille salariale incitative du pré-primaire au supérieur, trois ans après les états généraux de l’éducation, du manque d’un plan de carrière pour les enseignants du primaire, injustement remis en cause par le Ministère de l’éducation nationale, en violation des textes en vigueur (loi 1/2005, 14/2005 et 20/92) ».

La Conasysed fustige également la « corruption et la mauvaise organisation des examens et concours élaboré conjointement entre le Gouvernement et la conasysed le 02 juin 2010 ».

FIN/INFOSGABON/MM/PK/2013

© Copyright Infos Gabon

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *