Politique

Gabon : Mike Jocktane fait le diagnostic de l’opposition

Libreville, Mercredi 21 Juin 2017 (Infos Gabon) – Le vice-président de l’Union nationale dresse un tableau sombre des maux qui minent le contre-pouvoir gabonais.

Le propos vif. Le ton magistral et grave. Droit au but, Mike Jocktane n’est pas allé du dos de la cuillère pour faire l’autopsie d’une opposition gabonaise au creux de la vague. Sans complaisance, le vice-président de l’Union nationale (UN, opposition) fait une chirurgie sans anesthésie des tares qui plombent le contre-pouvoir au Gabon.

D’entrée de jeu, il identifie la véritable cause du malaise et sonne la charge : «c’est le refus d’une réflexion honnête et profonde» qui est, selon lui, «le gros drame qui affaiblit les partis de l’opposition.»

Au cours d’une adresse à ses camarades diffusée hier, mardi 20 juin 2017, il fustige un ensemble de pratiques qui, au fil du temps, ont fini par fragiliser l’opposition. «Nous aspirons en effet au changement, mais puisque nous sommes restés superficiels, nous manquons de discipline, de méthode, de stratégies et donc d’efficacité. Ce qui fait défaut à notre opposition est pratiquement la même chose qui a coûté cher à la gauche française : le manque de pragmatisme politique. Ce manque de rigueur intellectuelle au plus haut niveau de ces partis est sur le point d’avoir raison d’eux», constate-t-il.

S’inspirant donc de la déculottée subie par le parti socialiste en France au cours des récentes consultations électorales, il poursuit son diagnostic. «Le parti socialiste en France le paye à ses dépens. Il l’a payé aux présidentielles et il le paye encore aux législatives. Malheureusement, souvent nous ne tirons pas les leçons de nos échecs. Jamais nous ne faisons notre autocritique. Nous refusons de faire le bilan de nos erreurs. Le mal est profond. Il est même abyssal. Même une mutuelle de développement de village qui ne regorge pas forcément de grands intellectuels s’oblige chaque année à faire le bilan de ses activités. Cela lui permet de corriger et d’améliorer ce qui n’a pas fonctionné», fait observer cet ancien proche du défunt André Mba Obame.

«Toute organisation sérieuse se soumet à cet exercice de bon sens et de bon management. Mais apparemment ici, nous n’en sommes pas capables», poursuit-il.

Appel à un sursaut d’orgueil

Mais, l’opposant ne désespère pas que ses camarades vont devoir se ressaisir et rectifier le tir. Comme ordonnance, il prescrit une thérapie de choc qui passe nécessairement par une remise en cause.

«Chers leaders de l’opposition, si l’on veut que nos partis ré-(fassent) encore rêver nos compatriotes, il est nécessaire que nous redescendions sur terre. Que nous prenions pied avec la réalité et le quotidien de la majorité de nos concitoyens qui en vérité je vous le dis n’aspirent aujourd’hui à rien d’autres qu’à la paix et au développement. Ceci passe nécessairement par le pardon, la réconciliation vraie et ce en dépit de la crise grave que notre nation a connue», suggère l’Evêque Mike Jocktane.

Pour lui, ce changement appelle à une métamorphose. «L’opposition se doit de compter sur elle même pour mener la bataille de la souveraineté pour le peuple. Pour espérer survivre dans le marigot politique gabonais, l’opposition devra nécessairement faire sa mue. Elle ne pourra pas longtemps encore faire l’économie de son bilan», soutient le vice-président de l’UN.

Ce changement passe aussi par un sursaut d’orgueil qui appelle désormais à plus d’humilité. «Elle devra surmonter son arrogance actuelle qui consiste à croire (naïvement) qu’elle est ultra majoritaire au Gabon et que les Gabonais l’attendront ad vitam aeternam nonobstant le fait qu’elle n’a à ce jour tenu aucune de ses promesses», préconise-t-il.

L’homme d’église achève son propos par un appel à l’unité de l’opposition. «L’histoire de nos échecs se répète inlassablement. Tout est à refaire, et cela passe par notre sens d’engagement sérieux pour défendre avec honneur les aspirations du peuple gabonais. Nous rêvons d’un Gabon Nouveau, débarrassé des rancœurs et de la haine. C’est ensemble que nous y arriverons. Que Dieu bénisse le Gabon», conclut-il.

FIN/INFOSGABON/PM/2017

Copyright Infos Gabon

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *