Economie

Gabon : Petit Lambert Ovono dévoile les enjeux de l’évaluation des politiques publiques

Libreville, Jeudi 13 Juin 2019 (Infos Gabon) – Le président de la Société gabonaise d’évaluation, Petit Lambert Ovono, a répondu à nos questions dans le cadre de la 3eme édition de la journée nationale de l’évaluation. Cette journée a été célébrée le mardi 11 juin dernier à Libreville sous le thème, Institutionnalisation de l’évaluation des politiques publiques, enjeux et perspectives.

Infos Gabon : La 3ème édition des journées est organisée sous le thème institutionnalisation de l’évaluation des politiques publiques, enjeux et perspectives. Que vous inspire ce thème et quels sont les objectifs ?

Petit Lambert Ovono : Je voudrai tout d’abord vous signaler que la journée nationale de l’évaluation a été instituée en 2014 par un arrêté du premier ministre. L’objectif est de débattre pour évoluer à quel niveau se trouve l’institutionnalisation de l’évaluation au Gabon.

A ce titre, il faut rappeler qu’il existe plusieurs critères permettant de faire une étude comparative comme c’est le cas dans le monde notamment dans les pays tels que la Suisse, les Etats-Unis et le Canada qui s’appuient sur des standards.

Infos Gabon : Parlant des critères ou des standards, lesquels permettent exactement de faire une évaluation à l’origine de cette journée ?

Petit Lambert Ovono : Il existe un paquet de critères. Le premier concerne ce que nous appelons les clauses de l’évaluation ou de l’institutionnalisation qui est également la réglementation.

Il faut ajouter à cela, des textes de loi notamment l’arrêté instituant cette journée. Aussi, la Constitution en son article 34 a inscrit l’évaluation des politiques publiques. Ensuite, le ministère a été mis en place pour mieux assurer le suivi de la politique d’évaluation et enfin, il y a la pratique même de l’évaluation qui nous permet de savoir comment se fait celle-ci et si l’institutionnalisation est déjà réelle dans le pays.

Infos Gabon : Pouvons-nous parler ici des statistiques après la mise en place de cette journée dans le pays ?

Petit Lambert Ovono : Nous pouvons pas parler de statistiques ici, mais plutôt de chercher à savoir si les instances au Gabon pratiquent vraiment l’évaluation telle que la Cours des comptes qui d’ailleurs, est l’un des pionniers de l’évaluation à travers des audits de performances qu’elle mène au sein de l’administrations publique en s’appuyant sur des normes internationales. De l’autre côté, vous avez l’instance gouvernementale et nous, membre de la société civile.

Infos Gabon : Quel est votre apport dans le cadre de cette mission d’évaluation au Gabon ?

Petit Lambert Ovono : Nous sommes des porteurs de l’évaluation au même titre que la Cours des comptes, mais nous représentons la société civile, donc un acteur neutre. Pour respecter les standards, nous ne pouvons pas être juge et partie car il faut avoir une certaine indépendance et ne pas être sous les chaines de l’administration. Dans ce cas, il sera difficile d’évaluer son patron.

Infos Gabon : Votre mot de fin, Mr Petit Lambert Ovono ?

Petit Lambert Ovono : Je voudrai dire que si nous ne traitons pas au fond la question de l’institutionnalisation de l’évaluation, je crains que cette journée soit un fiasco.

FIN/INFOSGABON/SM/2019

Copyright infos Gabon

Lire 👉 Gabon : L’impérieuse diversification de l’économie

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *