Economie

La pêche continentale et l’aquaculture au Gabon : Le but de la CEBEVIRHA

Libreville, Lundi 22 Avril 2019 (Infos Gabon) – Sortir de la crise économique qui frappe la sous-région exige la recherche d’une étude comme l’a conçue la consultante socio-économique des Pêches qui s’est basée sur quelques ambitions.

Pour Marie Aurélie Tchilla Dacker, le but de la Commission économique du bétail, de la viande et des ressources halieutiques (CEBEVIRHA) est de disposer d’une grande production aquatique, issue de l’activité de la Société d’exploitation du parc de Lékédi (Sodepal).

C’est une filiale de la Compagnie minière de l’Ogooué (COMILOG) située dans le Haut-Ogooué, seule province à avoir cet atout productif. En 2018 deux provinces ayant de petites unités d’élevage n’ont produit que 45 tonnes de poisson en aquacole Le Moyen-Ogooué et l’Ogooué Ivindo sont des zones de pêche où poussent les opportunités de deux sous-secteurs pour dresser une cartographie des acteurs.

Se prévalant d’avoir des sites de pêche par rivières et par provinces, leur travail est devenu un référencement des fermes aquatiques. La ressource halieutique incarne cette forme de disponibilité en toute saison malgré les obstacles qui surgissent dans les deux sous-secteurs : la non-maîtrise de la chaîne de production des produits halieutiques et les statistiques parasitées de la manie des acteurs à exercer comme dans la pêche amateur, la non-organisation du sous-secteur et le refus de professionnalisation.

FIN/INFOSGABON/PM/2019

Copyright Infos Gabon

LIRE AUSSI Transports maritimes : Les retombées du Registre international gabonais des navires

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *