Politique

RCA : Environ 5 millions d’euros pour la force d’interposition ?

Libreville, 17 janvier 2013 (Infos Gabon) – A en croire une source proche de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC), le Secrétaire Général de cette institution, Nassour Guelendouksia Ouaïdou, a reçu en audience une délégation de la Commission de l’Union Africaine (UA), conduite par l’Ambassadeur Chef de Bureau de liaison de N’djamena, Ki Doulaye, le lundi 14 janvier dernier à Libreville.

L’occasion faisant le larron, le Secrétaire Général de la CEEAC a sollicité une aide financière d’environ 5 millions d’euros pour « financer » la force d’interposition de la CEEAC en RCA. Car selon lui, son institution a déjà dépensé jusque-là, 500 millions de FCFA.

Il sied de noter que dans le cadre du Conseil de Paix et de Sécurité en Afrique Centrale (COPAX), quatre pays de la sous-région, à savoir, le Gabon, le Tchad, le Congo et le Cameroun, ont chacun, envoyé 120 soldats à Bangui, la Capitale centrafricaine.

Rappelons que le Sommet Extraordinaire des Chefs d’Etat de la CEEAC le jeudi 10 et le vendredi 11 janvier 2013 à Libreville, présidé par le Chef de l’Etat Congolais, Denis SASSOU NGUESSO, a réuni autour de la table les différents protagonistes de la crise centrafricaine, à savoir : la délégation de la Majorité présidentielle centrafricaine, en présence du Président François BOZIZE ; l’Opposition démocratique ; les mouvements politico-militaires non-combattants ; la coalition de la SELEKA menée par M. Michel DJOTODJIA.

Les échanges qui se sont déroulés en présence de nombreux diplomates et observateurs de la société civile centrafricaine ont révélé la volonté réciproque des parties à ramener la paix et la sécurité en République Centrafricaine.

L’accord signé à Libreville s’appuie sur les dispositions de la Charte des Nations Unies, sur l’Acte constitutif de l’Union Africaine et du Protocole relatif au Conseil de Paix et de Sécurité (COPAX) de la CEEAC sur la condamnation des changements anticonstitutionnels de Gouvernement et la doctrine africaine des valeurs partagées.

L’accord prévoit entre autres clauses : le maintien du Président en exercice jusqu’au terme de son mandat  en 2016 ; la formation d’un gouvernement d’union nationale d’une durée de 12 mois, éventuellement renouvelable, avec un premier ministre, chef du gouvernement, issu de l’opposition ; le maintien de l’Assemblée Nationale dans ses prérogatives jusqu’aux prochaines élections législatives anticipées ; l’engagement de retrait des forces de la coalition SELEKA des villes occupées et l’abandon de la lutte armée ; la dissolution des milices sur l’ensemble du territoire national.

Afin d’accompagner ce processus, les Etats membres de la CEEAC vont œuvrer avec le Gouvernement centrafricain pour le retrait progressif de toutes les troupes étrangères non communautaires en fonction de l’évolution de la situation sécuritaire sur le terrain. FIN/INFOSGABON/MM/PK/2013

© Copyright Infos Gabon

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *