Société

Réseau routier : Le Gabon entend rattraper son retard

Libreville, Vendredi 19 Juillet 2019 (Infos Gabon) – Le gouvernement tient à rassurer quant aux efforts entrepris pour combler le déficit en matière de routes bitumées à travers le pays.

Le Gabon a mal à ses routes. Tel est le constat dressé il y a quelques jours par le ministre des Travaux publics en personnes.

Invité d’Urban FM, une radio émettant depuis Libreville, Arnaud Calixte Engandji a fait savoir que le Gabon, c’est «80% d’un réseau de près de 11 000 kilomètres qui est encore latéritique. 

«La difficulté que nous avons, c’est que ce réseau étant essentiellement latéritique avec aujourd’hui une forte activité économique dans le bois et dans le commerce, on a beaucoup d’interruption du trafic dû à cet état. Donc, on y travaille», a-t-il poursuivi.

Nonobstant le retard décrié en la matière, il a tout de même tenu à rassurer l’opinion sur les efforts qui sont entrepris par le gouvernement pour davantage doter le pays de routes bitumées.

«On est à pied d’œuvre dans des zones diverses et variées»,  a-t-il déclaré. Il s’est par la suite livré à une énumération des différents axes routiers en chantier dans la province de l’Estuaire, notamment à Cocotiers, la montée entre le Sénat et la mairie.

Arnaud Calixte Engandji a ainsi tenu à rassurer que les travaux atteindront le Carrefour Nkembo dans les deux mois et se poursuivront jusqu’au quartier Atong-Abê où la circulation est devenue un véritable parcours du combattant.

Le ministre des Travaux publics a également salué les travaux d’entretien engagés au niveau des ponts Nomba et SOTRAG à Owendo appelés à être livrés «au plus tard dans la deuxième semaine du mois d’août». Il évoque cependant la fabrication des glissières de sécurité à l’origine du retard constaté. «Ça prend 45 jours, voire 2 mois».  

L’absence d’éclairage dans cette zone et l’incivisme des populations ont aussi contribué au ralentissement des travaux. Il a par ailleurs tenu à apporter plus de précisions sur les missions du département ministériel dont il a la charge.

«Nous avons pour responsabilité les 2X2 voies. Les routes nationales, c’est de notre responsabilité. Une fois vous allez au niveau en-dessous que sont les voiries, les ruelles, cela relève désormais des mairies», a-t-il précisé.

Par contre, les grands travaux d’infrastructures, à l’instar de la route Port-Gentil-Omboué ou les aéroports, relèvent de la compétence de l’Agence nationale des grands travaux d’infrastructures (ANGTI).

Au cours de son intervention, Arnaud Calixte Engandji a également annoncé qu’il envisage l’interdiction du bitumage bicouche.

«Vous avez plusieurs façons de faire la route. Vous pouvez faire juste un décaissement de 15cm, compacter la latérite et tout de suite mettre du goudron par dessus. Ce type d’ouvrage dans un pays où il pleut 9 mois sur 12 dure 6 mois, et après vous recommencez», a-t-il indiqué.

«Pour couper court, on a décidé d’interdire cette façon de faire de façon définitive en disant aux gens, lorsqu’on construit une route, on la fait bien pour qu’elle soit durable», a souligné le ministre des Travaux publics.

 FIN/INFOSGABON/SM/2019

Copyright Infos Gabon

Lire 👉 Eau et électricité au Gabon : Un modèle financier en gestation

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *