Politique

Sommet de la CEMAC à Libreville : enjeux sécuritaires, économiques et sociaux

Libreville, Vendredi 8 Mai 2015 (Infos Gabon) – Autour d’Ali Bongo Ondimba, le président gabonais et président en exercice de la Communauté Economique et Monétaire des Etats de l’Afrique Centrale (Cemac), ses homologues Theodoro Obiang Nguema de Guinée Equatoriale , Idriss Deby Itno du Tchad et Denis Sassou Nguesso du Congo Brazzaville, ainsi que Luc Ayang et Mahamat Kamoun, respectivement président du Conseil Economique et Social du Cameroun et Premier ministre de la République Centrafricaine, représentant des présidents Paul Biya et Cathérine Samba Panza, s’est tenue la 12e session ordinaire de la conférence des chefs d’Etat de la Cemac, mercredi 6 mai, à Libreville, sur convocation de son président en exercice et hôte du sommet. Les enjeux sécuritaires, économiques et sociaux ont dominé les travaux.

Pierre Moussa, président de la commission de la Cemac, dans son allocution, a loué les efforts fournis par le président en exercice de la communauté pour insuffler une ère nouvelle aux organes communautaires en dépit du problème du siège qui pâti de la crise en Centrafrique, son lieu d’accueil. Il a présenté le contexte sous régional dans lequel se tient ce sommet, caractérisé par la crise politico-sécuritaire en Centrafrique, la menace terrorisme, notamment la menace de la secte Boko Haram, et l’effondrement du cours du baril de pétrole.

Le Chef de l’Etat gabonais, pour sa part, s’est réjoui de la présence de ses pairs en terre gabonaise. Il a ensuite souligné le contexte sécuritaire préoccupant de la sous-région, avec la crise centrafricaine, qui persiste en dépit de l’implication des forces françaises et autres troupes internationales venues en soutien des autorités de transition pour un retour à la paix. Ali Bongo Ondimba a aussi dit l’inquiétude des leaders de la sous région face aux menées meurtrières du mouvement terroriste Boko Haram.

Il a ainsi appelé à des modèles de développement « basées sur le respect de la vie humaine et du droit séculier », qui requièrent de « redoubler d’efforts pour que nos reformes soient couronnées de succès, sur le plan sécuritaire, économique et sociale ». Il a pour ce faire suggéré la mise en place d’un mécanisme de sécurité et de défense commun pour lutter efficacement contre le ‘’fléau ‘’ de l’insécurité, avant de saluer l’initiative tchadienne et camerounaise visant à contrer l’extension du terrorisme au nord Cameroun. Il a même proposé l’organisation des manœuvres militaires communes, des consultations et stages sur les thématiques des missions de paix pour les officiers des armées de la sous région.

Au plan économique, le Chef de l’Etat gabonais a souligné la perturbation des prévisions budgétaires de nombre des Etats de la sous région, du fait de la chute du prix du baril de pétrole qui hypothèque en outre la réalisation des projets de développement et les subventions sociales pour l’emploi, la santé l’éducation, etc. Toutes choses qui appellent à la diversification des économies de la sous région.

Aussi a-t-il demandé une relecture du Programme Economique Régional (PER), pour l’adapter aux programmes nationaux de développement. De même a-t-il rappelé que la création d’un marché commun au sein de l’espace communautaire devient-elle un impératif pour son développement qui passe par l’application de l’acte additionnel de la dernière conférence des chefs d’Etats de la communauté de juin 2013 à Libreville. Les travaux ont été sanctionnés par un communiqué final.

FIN/INFOSGABON/PM/2015

Copyright Infos Gabon

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *