Economie

Au Club de l’Economie à Paris, Tony O. Elumelu et Bill Gates discutent de l’impact de la philanthropie mondiale

Libreville, samedi 29 Octobre 2016 (Infos Gabon) – Bill Gates, fondateur de Bill & Melinda Gates Foundation et Tony Elumelu, fondateur de Tony Elumelu Foundation, étaient co-panélistes lors du Forum de la Philanthropie organisé par le journal le Monde le lundi 24 octobre 2016, à Paris (France).

Lors de son intervention lundi au Club de l’Economie à Paris en France, Tony O. Elumelu, Président de Heirs Holdings et du Groupe UBA et Promoteur de la Fondation Tony Elumelu, a lancé un appel à la communauté française des affaires, aux acteurs mondiaux et aux Africains influents dans le monde du développement pour les amener à embrasser ‘la philanthropie structurée’ afin de soutenir les entrepreneurs d’avenir et à fort potentiel, comme un moyen de parvenir à un développement durable en Afrique.

Il a lancé cet appel lors d’une interview en direct conduite par Serge Michel, rédacteur en chef du journal ‘Le Monde Afrique’, auprès d’un auditoire de dirigeants politiques et économiques de haut niveau, notamment l’Agence Française de Développement, le Ministère Français des Affaires Etrangères, des représentants d’organisations internationales, comme la Banque Mondiale et le FMI, ainsi que des représentants de la société civile et des journalistes sélectionnés. Cela intervient quelques jours avant le Forum d’Entreprenariat de la Fondation Tony Elumelu, le plus grand rassemblement annuel d’entrepreneurs africains, qui se tiendra du 28 au 29 octobre à Lagos, au Nigeria, pour célébrer la Promotion 2016 des bénéficiaires du Programme d’Entreprenariat de Tony Elumelu, retenus parmi plus de 45 000 candidats originaires de 54 pays africains.

Dans ce qui est devenu un rassemblement formidable avec une série de conférences sur les affaires et les questions économiques, cette édition spéciale du ‘Club de l’Economie’ a été consacrée à l’influence de la philanthropie mondiale sur les affaires, la politique et la culture, mettant en vedette les philanthropes les plus influents du monde, y compris l’homme le plus riche du monde, Bill Gates. Avant son intervention au Monde, M. Elumelu était en visite de courtoisie à l’Agence Française de Développement (AFD), où il a rencontré le Directeur Général, M. Rémy Rioux, pour discuter des moyens concrets par lesquels l’AFD peut être soutenue par des partenaires locaux en prélude aux plans de renforcement de son engagement de financement annuel à l’Afrique. M. Elumelu s’est fait joindre par Bill Gates, son co-intervenant au Forum de la philanthropie du Monde.

M. Elumelu a expliqué les défis liés au développement de l’Afrique. “Les plus grands obstacles au développement de l’Afrique sont l’absence d’un environnement propice au développement des affaires, le manque d’infrastructures et un accès limité à l’électricité. Imaginez-vous un jeune entrepreneur qui doit fournir lui-même une source d’électricité pour une entreprise encore à ses débuts”.

Il a proféré des solutions à certains des obstacles en ces termes : “Il est important que les africains embrassent de plus en plus ‘les dons structurés’ parce que, non seulement ils nous aident nous-mêmes, ils aident aussi des personnes qui ne font pas partie de nos familles ni de notre voisinage mais qui ont de grands besoins et d’importants potentiels”.

Insistant sur les avantages de l’Africapitalisme, M. Elumelu a cité les réalisations du Programme d’Entrepreneuriat de la Fondation Tony Elumelu comme un exemple valable de la façon dont les Africains peuvent résoudre leurs problèmes à travers l’entrepreneuriat et une bonne gouvernance.

“Une bonne gouvernance permettra de résoudre nos problèmes. Mais nous ne saurions nous permettre d’ignorer l’entreprenariat. Nous avons besoin d’allier ces deux notions. Il faut que les gouvernements comprennent que le succès des entrepreneurs fait le succès des gouvernements. Les gouvernements ne sauraient à eux seuls créer toutes les popportunités d’emploi dans l’économie. Seul le secteur privé peut aider à le faire. Les gouvernements ont le devoir de créer un environnement favorable aux affaires afin de permettre aux entreprises de prospérer”.

Bill Gates, qui est également intervenu lors de l’événement, a étayé ce point lors de sa séance : “Les Etats n’ont plus les moyens de financer eux-mêmes leur développement. A travers les dons, nous puisons dans la meilleure partie de nous-mêmes. Tous les succès significatifs que nous avons enregistrés l’ont été à travers des partenariats”.

M. Elumelu a conclu en encourageant les investisseurs français à se mettre en contact avec les partenaires locaux, tout en appelant à la fois les secteurs public et privé à réinvestir dans le continent en se concentrant sur l’entrepreneuriat.

FIN/INFOSGABON/PM/2016

Copyright Infos Gabon

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *