Culture Société

« C’est nous qui faisons entre autre la réussite d’un événement », Juvénal Boussougou

Libreville, Mardi 17 Septembre 2019 (Infos Gabon) – Au Gabon nombreux sont ceux qui ne maîtrisent pas le rôle d’un Disc-jockey (DJ). M. Juvénal Boussougou, qui exerce dans ce domaine, a répondu aux questions de notre rédaction. Pour lui, le travail d’un DJ est aussi multiple que varié.

Infos Gabon : Vous êtes un disc-jockey (DJ), comment êtes-vous arrivé dans cette activité ?

Juvénal Boussougou : Bonjour monsieur le journaliste, il faut dire que j’ai été attiré dans cette activité par mon grand-frère. A l’époque, il aimait écouter la musique de manière continue et variée. Le voir écouter cela de cette façon a laissé germer en moi une idée notamment l’envie de la musique, la passion et par la suite un métier qui est né en moi, celui de DJ.

Infos Gabon : Cela fait combien d’années que vous exercez cette activité, et à quoi consiste le travail d’un DJ?

Juvénal Boussougou : Cela fait aujourd’hui près de dix ans que j’exerce cette activité. Je n’ai pas vu le temps passer. Je ne me voyais pas non plus mettre autant de temps, surtout quand je repense à mes débuts où j’ai connu des hauts et des bas. Mais avec l’amour et la passion, on ne voit pas le temps qui passe.

En effet, le travail d’un DJ est aussi multiple que varié. Mais pour être plus simple et plus proche de la définition de notre activité, je dirais qu’il consiste à unir des gens dans un cadre festif, autour d’une ambiance sonore endiablée. C’est nous qui faisons entre autre la réussite d’un événement. Il peut y avoir à manger et à boire, notre activité consiste à donner une dimension beaucoup plus importante à une manifestation.

Infos Gabon : Comment conciliez-vous votre activité et votre vie privée, surtout que vos prestations ne sont pas limitées en temps, et quelles sont vos ambitions ?

Juvénal Boussougou : Ce n’est vraiment pas une chose facile, surtout lorsqu’on est en couple. En tout état de cause, c’est avant tout un métier comme tout autre. A cet effet, il faut juste s’instaurer une discipline, une organisation, et bien d’autres. Et je crois pour ma part, qu’on se doit d’informer sa partenaire du fonctionnement de notre travail. Ce n’est qu’à ce titre qu’on pourra trouver un modus vivendi, en vue de minimiser les malentendus.

Ma principale ambition est de mettre en place une véritable structure avec du matériel de dernière génération. Cela, en vue d’étendre mon activité vers l’arrière-pays. La mise en place de cette structure me permettra également de vulgariser ce métier noble mal connu du plus grand nombre.

Infos Gabon : Qu’est-ce qui vous rend fier dans la pratique de cette activité ? Et peut-on dire que vous arrivez à joindre les deux bouts?

Juvénal Boussougou : La principale fierté que j’ai récoltée en dix ans d’exercice, c’est la notoriété. J’ai fait la connaissance de plusieurs personnes dans le domaine. J’avoue que j’ai renforcé mes acquis et j’ai enrichi mon expérience. Et pour ça, j’en suis fier.

S’agissant des retombées financières, je crois que cette longévité est également due en partie à cela. Peut-être pas comme on le souhaite, mais j’arrive à tirer mon épingle du jeu. Mais à dire vrai, c’est beaucoup plus la passion et l’amour que j’ai pu véritablement emmagasiner. Et comme dans tout corps de métiers, on n’est jamais rétribué à sa juste valeur.

Infos Gabon : Votre mot de fin

Juvénal Boussougou : Je tiens déjà à vous remercier pour l’opportunité que vous m’offrez d’échanger sur cette activité de disque-jockey. Au-delà des autorités, je souhaiterais que toutes les personnes qui exercent cette activité, se retrouvent en vue de mettre en place un cadre juridique.

FIN/INFOSGABON/LK/SMM/2019

Copyright Infos Gabon

Lire aussi Michel Pecoinh défend le conte gabonais à Dakar

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *