Economie

Deux codes du travail au Gabon ?

Libreville, 4 mars 2013 (Infos Gabon) – A la faveur d’un point de presse qu’il a donné vendredi 1er mars 2013, le président de la confédération syndicale des travailleurs du Gabon, Camille Mombo, a dénoncé la mise sur le marché de  deux codes du travail : l’un édité par la direction des publications officielles (DPO) et l’autre par le ministère de l’Economie, de l’emploi et du développement durable.

Le leader syndical relève que les articles contenus dans les deux ouvrages ne se correspondent pas.

« Si vous évoquez l’article sur la commission nationale d’études des salaires, il est estampillé 254 dans le code de la DPO et 255 dans celui du Ministère de l’Economie. Cela peut créer beaucoup de confusion », fait-il observer.

Le syndicaliste ne comprend pas que les deux codes, pourtant basés sur la loi n° 3/94 du 21/2010 du 27 juillet 2010, contiennent ces différences.

« Personne ne dit jusqu’à présent le code qui prévaut. Celui qui est à utiliser dans les négociations, par exemple, puisque les articles ne correspondent pas entre les deux ouvrages. Cela induit donc une loi variable », s’est-il plaint.

Lorsque son organisation a déposé ses statuts pour obtenir son récépissé auprès de la mairie de Libreville, ses services lui ont fait savoir en 2011 qu’il lui fallait remplir d’autres critères comme la carte d’identité et de résidence.

« Or, nous sommes aujourd’hui surpris que la même mairie reconnaisse simplement que nous avons droit à un récépissé de dépôt, comme le permet ce même code », s’étonne-t-il.

Autre point qui dérange : la somme de 500.000 francs CFA exigée par l’Hôtel de ville pour obtenir ce récépissé. Pourtant aucun article ne l’évoque.

« Les centrales syndicales avaient, il y a quelques années, attiré l’attention du Gouvernement sur cette pratique. Nous ne payerons pas ce montant, car les procédures d’enregistrement contenues dans l’article 2 de la convention 87 de l’organisation internationale du travail, ratifié par le Gabon, et les décisions du comité de la liberté syndicale ne nous y autorisent pas ».

FIN/INFOSGABON/PK/MM/2013

© Copyright Infos Gabon

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *