Economie Politique

Gabon : Les mesures d’austérité annulées

Libreville, Vendredi 14 Décembre 2018 (Infos Gabon) – La Cour constitutionnelle invite le gouvernement à respecter les procédures juridiques.

Dans une décision rendue le 11 décembre dernier, la Cour constitutionnelle invite le gouvernement à annuler les mesures d’austérité prises le 21 juin dernier au sortir d’un Conseil des ministres. La plus Haute juridiction gabonaise fustige un non-respect par le gouvernement des procédures juridiques et l’invite pour cela à surseoir auxdites mesures. «A l’exception de celles relatives au payement des salaires des agents publics par bon de caisse, les mesures arrêtées par le gouvernement le 21 juin 2018 ne peuvent être traduite dans les faits que dans le strict respect des processus prévus en la matière», souligne le texte.

Cette décision de la Cour constitutionnelle fait suite à sa saisine le 12 juillet dernier par la Dynamique unitaire dans laquelle le groupement syndical dénonçait des mesures qualifiées d’«illégales».

Dans le camp de la Confédération syndicale des fonctionnaires gabonais, l’on applaudit des deux mains cette décision. «Nous notons avec satisfaction que la Cour constitutionnelle a rendu la décision. Laquelle des décisions remet en cause les mesures d’austérité prises par le gouvernement. La Cour constitutionnelle appelle le gouvernement à respecter les procédures juridiques avant d’appliquer ces mesures, parce que la saisine de Dynamique unitaire se focalisait sur le fait que ces mesures étaient illégales. Donc il fallait que le gouvernement puisse respecter la loi.C’est ainsi que toutes les décisions qui ont été prises entre la saisine de Dynamique unitaire et la décision de la Cour constitutionnelle qui date du 11 décembre 2018 sont nulles et de nul effet», a commenté Patrick Mombo, secrétaire général de Dynamique unitaire.

Les principales mesures prises alors par le gouvernement étaient inscrites dans la Loi de Finances rectificatives (LFR 2018). Pour le ministre d’Etat en charge du Budget et des Comptes publics, l’objectif visé par ces mesures était de «redresser les finances publiques et d’améliorer le quotidien des Gabonais, en s’appuyant sur un effort important de mobilisation des recettes budgétaires». Selon Jean-Fidèle Otandault, ces mesures passaient par une redéfinition du périmètre d’action des administrations et des agences publiques, afin de rendre leurs missions plus pertinentes et plus efficaces.

«Nous allons réduire la masse salariale afin de réorienter les marges dégagées vers l’investissement et les dépenses sociales.Ensuite, nous procéderons à une revue complète de la dette et veillerons à optimiser les dépenses publiques, tout en préservant les acquis sociaux»,avait-il déclaré. Etant donné que lamasse salariale dans le budget rectifié 2018 représente 37% des dépenses budgétaires, soit une baisse de 10% par rapport à la loi de finances initiale.

Avec une baisse de 10% de la masse salariale, le gouvernement comptait faire une économie de plus de 70 milliards de francs CFA par an. Prêchant par l’exemple, la présidence de la République a dû se séparer de 40% de ses effectifs, alors que dans les cabinets ministériels les effectifs sont passés de 24 à 16 agents. Les postes de 2e adjoint auprès des directeurs de cabinets, mais aussi un certain nombre de postes de secrétaires généraux et de directeurs généraux ont été supprimés.

En dehors de la masse salariale, il était aussi question de revoir les charges de fonctionnement courant de l’État et les dépenses de transfert et d’intervention. «Nous allons interdire l’achat de véhicules haut de gamme, les voyages en première classe ou en classe affaires pour les fonctionnaires (hors membres du gouvernement) et réduire de 25% les montants consacrés aux frais de mission. La tranche la plus élevée des salaires dans la Fonction publique connaîtra une décote et un plan de départ volontaire sera mis en œuvre», avait précisé Jean-Fidèle Otandault.

Aujourd’hui la décision de la Cour constitutionnelle a suscité la joie chez les membres de Dynamique Unitaire. Mais pour combien de temps ? Pace que le gouvernement avait bien préparé ces mesures d’austérité dans l’intérêt des Makaya (les pauvres). 

FIN/INFOSGABON/PM/2018

Copyright Infos Gabon

LIRE AUSSI  Gabon : Hausse des recettes de l’Etat au 3e trimestre 2018

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *