Politique

Gabon : Noureddin Bongo Valentin sera jugé au pied du mur

Libreville, Mardi 21 Janvier 2020 (Infos Gabon) – Dans une tribune libre, le ministre du Tourisme, du Commerce, des Petites et Moyennes Entreprises, et de l’Industrie, Hugues Mbadinga Madiya invite les Gabonais à cesser de critiquer le coordonnateur général des affaires présidentielles pour son affinité avec le chef de l’Etat, mais pense qu’ils devraient plutôt s’intéresser aux actes liés à sa fonction.

«Depuis quelques temps, une certaine opinion publique relayée par quelques mouvements et activistes s’enflamme au sujet de la nomination de Monsieur Noureddin Bongo Valentin, le fils du Président de la République, aux fonctions de coordinateur général des affaires présidentielles. A entendre les arguments émis, il apparaît le sentiment désagréable que le président de la République n’aurait pas le droit de nommer son fils ou ses proches à des fonctions aussi prestigieuses.

Etre fils ou proche parent du Président de la République, serait-il un handicap tel que ceux qui sont éligibles à ce statut familial n’auraient pas le droit comme  tout autre citoyen  gabonais d’être appelé à  contribuer au développement du Gabon ? Cela devrait nous amener  à nous  interroger de la sorte. Quel pays voulons-nous construire avec de tels à priori ? En quoi la nomination de Noureddin Bongo Valentin serait-elle contraire à nos lois ?

Nous avons déjà assisté par le passé à la nomination de fils du Président à des fonctions tout aussi sensibles. Sous d’autres cieux aux Etats Unis, en Europe, ces exemples sont légion. Des fils de dirigeants ont bel et bien été nommés à des postes très sensibles au vu de leurs compétences. 

Au Gabon, depuis 2009, le Président de la République s’est illustré en nommant aux plus hauts emplois des Gabonais, des jeunes venus de toute part, indépendamment de leur religion, de leur région ou de leur classe sociale, à la seule condition qu’ils soient compétents. Et c’est cela en notre sens, l’Egalité de chances.

Pourquoi son fils ne saurait pas, lui aussi,  bénéficier d’une politique qui a apporté à autant de Gabonais, dès lors qu’il a reçu la confiance du chef de l’Etat ? Quelles que soient nos opinions et nos divergences, nous devons savoir raison garder et préserver nos lieux  communs, ces faits  qui nous unissent et font de nous des Gabonais, frères et sœurs.

Ces lieux communs sont le développement du pays, la lutte contre la pauvreté, la consolidation du vivre ensemble, la paix et le rayonnement de notre pays. Comme tous les gabonais, Noureddin Bongo Valentin sera jugé au pied du mur à l’aune des actes qu’il posera dans les fonctions qui sont les siennes. Le juger avant c’est émettre des jugements de valeur et s’adonner malheureusement et encore une fois à la politique politicienne, toutes choses qui n’intéressent pas nos compatriotes».

FIN/INFOSGABON/SM/2020

Copyright Infos Gabon

LIRE AUSSI Plainte contre Nourredin Bongo Valentin : La société civile divisée

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *