Politique

Gaston : Mayila appelle à la réconciliation nationale

Libreville, Mardi 9 Avril 2019 (Infos Gabon) – L’homme politique soutient que le nouveau dialogue souhaité par une certaine opinion devrait plutôt conduire à l’unité du pays et non à la haine, à la vengeance et à l’insulte.

Depuis quelques temps, des voies se font entendre et appelant à un nouveau dialogue national. Les partisans de cet appel arguent que telle est la condition sine qua non pour sortir de la crise sociale actuelle marquée par de nombreux mouvements de revendications consécutives aux dernières mesures gouvernementales visant à réduire le train de vie de l’Etat et à relancer l’économie. Car, depuis l’avènement de la crise pétrolière qui secoue les pays producteurs de l’or noir dont le Gabon, le gouvernement essaie de tenir le coup pour faire preuve de résilience face aux contrecoups de cette conjoncture peu favorable.

Gel des recrutements dans la Fonction publique durant trois ans à partir de 2019, la régularisation de près de 2 000 enseignants en présalaire, recensement biométrique de ses agents – mesures qui permettront à l’État de faire le point sur sa masse salariale –, réduction de la main d’œuvre non permanente (MONP), réforme de la bourse et suspension de l’achat des véhicules administratifs coûteux sont autant de mesures prises par l’Etat pour juguler la crise. Même si le gouvernement a beau expliquer que le bien-fondé desdites mesures est avant tout le bien-être des Gabonais, beaucoup y voient plutôt le contraire.  

Face à ce qui conviendrait d’appeler un dialogue de sourds, avec d’un côté l’opposition et certaines organisations de la société civile, et de l’autre le gouvernement, Me Louis Gaston Mayila réagit à la vive polémique en cours au Gabon. Dans une tribune libre publiée dans les médias et sur les réseaux sociaux, il jette un regard dans le rétroviseur sur l’impact des dialogues convoqués à la fois par le président Ali Bongo Ondimba et l’opposant Jean Ping.  

A son avis, les deux grands-messes tardent toujours à porter leurs fruits. Pour lui, seule la réconciliation nationale est le chemin indiqué pour sortir de manière définitive de la situation actuelle. «Ni à gauche, ni à droite, mais toujours de l’avant pour le Gabon par la réconciliation nationale. J’ai donc le 30 décembre 2017 lancé un appel a la réconciliation nationale (…) Mais dans le Gabon dit émergent, si vous n’appelez pas à la haine,  à la vengeance et l’insulte, vous n’avez pas la chance ni d’être entendu ni d’être compris. Je dis que ce nouveau dialogue dont tout le monde parle actuellement et auquel je n’y crois pas, s’il arrive à se tenir, n’aura de sens de portée réelle et historique que s’il aboutit sur la réconciliation nationale», soutient-il.

«Pour ce faire, tous les camps doivent se prononcer d’avance en indiquant les objectifs espérés et souhaités et Mayila de décliner le contenu de la réconciliation nationale qui constitue une action pour un idéal à travers les réalités», conclut-il.

Une idée que le Premier ministre a rejetée. Dans une interview parue vendredi dans les colonnes du quotidien L’Union, Julien Nkoghe Bekale a écarté l’idée d’une nouvelle concertation politique.

FIN/INFOSGABON/PM/2019

Copyright Infos Gabon

LIRE AUSSI Julien Nkoghe Békalé : Pas de nouveau dialogue au Gabon

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *