Economie

L’industrialisation de la filière bois au Gabon : succès à soutenir

Libreville, 24 février 2013 (Infos Gabon) – La mesure du chef de l’Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba, d’interdire l’exportation des grumes sitôt après son élection en 2009, donne à peine quelques années après, les premiers signes forts de sa pertinence stratégique et économique.

En effet, la dernière parution du tableau de bord de l’économie dans son numéro 41 de septembre 2011 indique que « les unités de sciages représentent plus de 92% des unités de transformation de la filière avec 78 usines en 2010 disséminées dans les provinces de l’Estuaire et de l’Ogooué maritime. Ces unités produisent principalement les chevrons, les lattes et les planches.

La production de sciage a plus que doublé pour se situer à 334 839 m3, sous l’effet ‘un meilleur approvisionnement des usines en grume  et de l’accroissement du nombre d’usines. »

C’est donc dans un terme très court que la mesure du président Bongo a donné ses premiers signes de succès, en l’occurrence : l’augmentation du simple au double de la production de bois scié.

La conséquence aura été tout aussi immédiate, car « sur le plan commercial, les ventes locales ont augmentées de 79, 5% pour un volume de 48 140 m3, suite à la fermeté de la demande des BTP consécutive aux chantiers de la CAN 2012.

Par ailleurs, les exportations ont fortement progressé du fait des commandes soutenues des principaux clients étrangers, dans un contexte de conjoncture favorable du marché. »

A l’analyse de ces indications, il apparait que très rapidement après l’interdiction de l’exportation de grumes, il s’est développé une dynamique du premier niveau de transformation du bois, en ce qui concerne notamment l’accroissement du nombre des unités de sciage ainsi que du volume de leurs produits que sont les chevrons, les lattes et les planches.

Et grâce aux chantiers de la CAN 2012, la demande des entreprises des BTP en chevrons, lattes et planches a été ferme au point d’augmenter les ventes locales de 79, 5% , soit un volume de 48 148 m3 ; c’est-à-dire nettement mieux que les volumes enregistrés avant la mesure d’interdiction d’exportation des grumes ; de même par conséquent, les ventes locales auront été bien meilleures qu’avant cette mesure.

Quant aux exportations des produits des unités de sciage que sont les chevrons, lattes et planches, elles ont progressé grâce aux commandes soutenues  des principaux clients étrangers, dans un contexte de conjoncture favorable du marché.

On sait en effet dans le monde entier que le Gabon, qui abrite une partie du bassin du Congo, constituant avec la foret de l’Amazonie, les deux plus importants gisements forestiers de la planète, a donc naturellement vocation à  exporter du bois, non plus en grume, mais en produits industrialisés.

Ces résultats encourageants de la politique d’industrialisation de la filière bois doivent être soutenus car la demande extérieure est pérenne ; il faudrait donc accentuer la production en chevons, lattes et planches qui seront toujours écoulés grâce à la garantie de la demande extérieure que symbolise le volume important et croissant de leurs exportations enregistrées ces derniers temps.

FIN/INFOSGABON/PK/MM/2013

© Copyright Infos Gabon

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *