Economie

« Nous attendons une seule chose, l’application des recommandations », Christian Mermance N’Nang Nsome

Libreville, Mardi 14 janvier 2020 (Infos Gabon) – Le forum de la fonction publique s’est tenu à Libreville du 8 au 10 janvier dernier dans le but de rédynamiser l’administration gabonaise. Christian Mermance N’Nang Nsome, président du syndicat national de la culture et des arts, explique les attentes des agents de l’Etat.

Infos Gabon : Lors de vos travaux en commission, vous avez planché sur le cadre juridique de la fonction publique. Quel peut-on retenir de vos débats ?

Christian Mermance N’Nang Nsome : Les participants que nous sommes, avons d’abord procédé à l’analyse du thème. Nous avons par la suite fait un point de certaines lois et décrets. Enfin, nous avons formulé des recommandations.

Parmi les lois qui ont été examinées, il y a la loi 1/2005 portant statut général du fonctionnaire. Nous avons constaté que cette dernière est difficilement applicable. La recommandation qui a été formulée à cet effet vise à transformer cette disposition en loi organique, en vue de permettre aux restes de lois qui concernent les fonctionnaires de s’arrimer à cette loi organique dite “mère”.

Infos Gabon : Vous êtes le président du syndicat national de la culture et des arts. Quelles sont les préoccupations inhérentes à votre secteur d’activité ?

Christian Mermance N’Nang Nsome : En ce qui concerne le ministère de la culture, nous avons plaidé en faveur de la création du statut particulier de l’artiste. Il faut dire que l’enseignant d’art n’est pas du tout reconnu, les profils de formation du secteur de la culture ne sont pas également reconnus par la fonction publique. Par conséquent, les corps d’intégration n’existent pas. Nous avons demandé à ce que la fonction publique crée des corps de métiers à cet effet.

Infos Gabon : Que dire des lois qui régissent l’activité syndicale au Gabon, vu que vous êtes à tort ou à raison affectés lorsque vous dérangez, entre guillemets ?

Christian Mermance N’Nang Nsome : Justement, il y a le texte 18/92 qui régi l’organisation de l’activité syndicale dans notre pays. A ce niveau, nous avons clairement indiqué que si les conditions de création ne posent pas problème, par ailleurs l’exercice de celle-ci pose problème dans notre pays, le syndicaliste n’est pas protégé. Il fallait, eu égard à cela, faire un certain nombre de propositions afin que les syndicalistes ne soient plus inquiétés par rapport aux actions qu’ils mènent sur le terrain.

Il y a aussi une loi qui stipule que l’agent public est appelé à servir partout où besoin se fait sentir. Dans la loi 18/92, il est aussi dit que lorsqu’on est membre d’un bureau syndical, on ne peut pas être affecté hors du lieu de résidence du siège de son syndicat. Nous avons pesé de tout notre poids pour que les choses soient clarifiées à ce niveau.

Infos Gabon : Quelles sont vos attentes au terme de ce forum d’échange ?

Christian Mermance N’Nang Nsome : Nous attendons une seule chose, l’application des recommandations, voire des textes. Il est évident que nous sortons d’un énième forum organisé par le gouvernement. Mais en réalité, les textes sont là, sauf que c’est l’application qui pose problème. 

Nous restons tout de même persuadé que tous les gouvernements ne sont pas les mêmes, et chacun vient avec sa façon de faire. Tous les problèmes ne vont pas trouver des solutions du jour au lendemain certes, mais si le deux tiers des recommandations peut être mis en application, c’est déjà une grande avancée.

FIN/INFOSGABON/LK/2020

Copyright Infos Gabon

Lire aussi Fonction publique : « Je note un grand besoin de révision des textes », Madeleine Berre

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *