Politique

Cabale contre Nourredin Bongo Valentin : Le soutien de Biendi Maganga Moussavou

Libreville, Mercredi 15 Janvier 2020 (Infos Gabon) – Le ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, chargé du programme GRAINE a dénoncé la dénonciation calomnieuse contre le coordinateur général des affaires présidentielles.

Face à ce qui parait comme une campagne de diffamation de Nourredin Bongo Valentin par certaines organisations de la société civile gabonaise proches de l’opposition, Biendi Maganga Moussavou est sorti de sa réserve pour marquer sa désapprobation. Dans un Tweet, le ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, chargé du programme GRAINE a pris fait et cause pour le coordinateur général des affaires présidentielles. «Je soutiens! STOP à la diffamation et aux atteintes à l’honorabilité d’autrui sans fondement, sans risque pour les auteurs et sans réparation pour les victimes! », a-t-il écrit.  

En effet, lundi dernier, quatre leaders d’organisations proches de l’opposition gabonaise ont saisi la Commission nationale de lutte contre l’enrichissement illicite (CNLCEI) d’une plainte contre Nourredin Bongo Valentin. Georges Mpaga du Réseau des organisations libres pour la bonne gouvernance, Jean Rémy Yama de la confédération syndicale Dynamique unitaire, Malanda Ghislain de Sauvons la République et Marcel Libama de Ça suffit comme ça accusent le coordinateur général des affaires présidentielles «des faits de corruption active et passive, corruption d’agents publics étrangers, de blanchiment des capitaux, de criminalité financière en bande organisée ou encore d’association de malfaiteurs».

Comme il fallait bien s’attendre, la présidence de la République par la voix de son porte-parole, Jessye Ella Ekogha, a répliqué en faisant savoir que «ces faits sont une espèce de fake news qui a été créé sur les réseaux sociaux la semaine dernière. Ils ne reposent sur aucune base légale, sur aucun PV, sur aucun élément matériel». Avant d’ajouter que «c’est un joli coup de com qui ne mènera encore une fois à rien».

Après lui, le Cabinet Claude Dumont Beghi à Paris a souligné que ces «allégations tendancieuses (…) ne reposent sur aucune base factuelle sérieuse et sur aucun fondement juridique conforme». Et que l’accusé était en droit de saisir la justice.

FIN/INFOSGABON/SM/2020

Copyright Infos Gabon

LIRE AUSSI Gabon / Médias : La Revue de la presse gabonaise de la semaine du 6 au 12 janvier 2020

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *