Economie

Gabon : Comment préserver le journalisme à l’ère des réseaux sociaux

Libreville, Mardi 7 Mai 2019 (Infos Gabon) – La célébration vendredi dernier de la Journée mondiale de la presse était l’occasion pour les professionnels de réfléchir sur comment mettre les médias à l’abri de la dictature du numérique en période électorale.

Les professionnels gabonais de la communication étaient en phase vendredi avec leurs confrères du reste du monde pour célébrer la Journée mondiale de la liberté de la presse. Placée sous le thème : «Les médias pour la démocratie : Journalisme et élection en temps de désinformation», cette célébration a été marquée par l’organisation de divers panels animés par d’éminents universitaires et professionnels.

Parmi les conférenciers du jour, figuraient en bonne place Fidèle Biteghe Minko, Pr. Géorice Madebe, Pr. Anaclet Ndong Ngoua et Marc Ulrich Ma-Malekou qui ont animé diverses thématiques. Celles-ci ont porté sur «les médias, la démocratie et la paix», «Comment l’ère du numérique affecte les communications électorales», «De nouvelles tentatives d’ébranler le rôle des médias dans les sociétés démocratiques : discréditer le journalisme professionnel et suspendre l’accès à Internet» et «L’apport des médias à une culture de paix durable et de démocratie».

Les débats organisés à l’Auditorium de la maison Georges Rawiri avaient pour lame de fonds le rôle des médias en période électorale dans un contexte dominé par la dictature du numérique et son corollaire de fake news. Dans cet échange, chacun des panélistes a essayé  de donner sa position sur le sujet.

«Mais également, une interpellation, en direction des acteurs publics et politiques pour le respect de cette mission que les médias ont de rendre compte de tous les faits qui meublent la vie en société, ainsi que les processus électoraux, du lancement des campagnes, au rendu des résultats», a indiqué Fidèle Biteghe Minko.

Pour ce dernier, la presse a un rôle de premier plan à jouer en période électorale. Entre respect de la réglementation qui reconnait aux instances compétentes le droit de publier les résultats et la presse qui doit informer le public, il y a comme une sorte de vide qui se voit combler par les internautes.

«D’un côté, il y a le besoin de savoir du public, de l’autre celui de gérer et de contrôler des instances habilitées. Au milieu, le journaliste et les médias. Alors, la nature ayant horreur du vide, les réseaux sociaux dictent leur loi», a-t-il souligné.

Le Pr. Géorice Madebe invite de son côté à oublier le journalisme d’État. «Il faut imposer à l’homme politique la profession pour qu’il commence à vous respecter. Il faut également bâtir le corps et la personnalité journalistique qui sera respectée, c’est fondamental. Sinon, nous allons traiter le déficit de 60 ans jusqu’à dans les années 2000 et nous n’aurions pas aidé le pays à évoluer parce que la contribution journalistique à la démocratie est importante»a-t-il lancé.

D’après le Pr. Anaclet Ndong Ngoua, le journaliste devrait plutôt se servir du numérique pour bien exercer son métier. En faisant preuve de recul, d’objectivité et de recoupement des sources, il se démarque de ceux qui balancent des fausses informations sur les réseaux sociaux.

«Le journaliste lui, a l’avantage d’avoir eu une formation avec un minimum de rigueur. Il doit vérifier si ce sont des sources fiables et savoir distinguer ce qui relève de la vie privée et de l’intérêt public. Il a un garde-fou, un contre pouvoir. En revanche, ce qui doit changer ce sont les lieux et les modalités d’exercer le journalisme», pense-t-il. 

Quant à Marc Ulrich Malekou, un papier journalistique doit être dépouillé  d’injures, de fausses nouvelles et de diffamation. «Le journalisme reste l’un des baromètres majeurs de l’expression démocratique, et que le journaliste, en sa qualité d’historien du présent, reste lui, ce miroir de la société, peu importe la nature de son action, mesurée ou non», a-t-il indiqué. 

FIN/INFOSGABON/SM/2019

Copyright Infos Gabon

LIRE AUSSI Croissance : Le Gabon vers le bout du tunnel

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *